Le  Grec, qui évolue en tant qu'ailier au sein des Milwaukee Bucks, est ému aux larmes en recevant  le plus prestigieux des trophées des NBA Awards, celui du "Most Valuable Player of the Year", soit le Meilleur joueur de l'année.
Sport

NBA Awards : ce qu’il faut retenir de la soirée

Le Grec, qui évolue en tant qu'ailier au sein des Milwaukee Bucks, est ému aux larmes en recevant le plus prestigieux des trophées des NBA Awards, celui du "Most Valuable Player of the Year", soit le Meilleur joueur de l'année. © KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Pour la troisième année consécutive, la NBA a organisé un véritable show ce lundi 24 juin 2019 au Barker Hangar de Santa Monica, Californie, pour remettre ses prestigieux prix aux meilleurs joueurs de la saison. Récapitulatif.

C’est l’un des événements les plus importants du monde du basket : les NBA Awards récompensaient lundi soir ceux qui ont marqué la saison 2018-2019 de l’illustre ligue américaine. Et c’est l’ailier grec des Milwaukee Bucks, Giánnis Antetokoúnmpo, qui a eu le privilège de venir récupérer le plus prestigieux des trophées, celui du "Most Valuable Player" dit "MVP", soit le Meilleur joueur de l’année.

Il n’est pas le seul Européen à avoir été sacré lors de la cérémonie américaine. Le Slovène des Dallas Mavericks, Luka Dončić, a été élu "Rookie of the Year", ayant fait ses débuts en NBA avec cette saison 2018-2019. Quant à notre pivot international français de l’Utah Jazz, Rudy Gobert, il a tout simplement décroché le titre de Meilleur défenseur pour la deuxième année consécutive. Chapeau ! Parmi les autres vainqueurs, on peut noter le troisième titre de Meilleur sixième homme pour l’Américain Lou William des LA Clippers, celui de la Meilleure progression pour l’ailier camerounais Pascal Siakam des Toronto Raptors, ou encore la distinction d’Esprit sportif et le prix du Meilleur coéquipier décernés par les joueurs au meneur américain des Memphis Grizzlies, Mike Conley.

Alors que le public a pour sa part attribué le Meilleur moment de l’année au match à 50 points de Derrick Rose des Timberwolves de Minnesota, contre le Jazz de l’Utah le 31 octobre 2018, les NBA Awards ont par ailleurs tenu à honorer deux légendes. Deux anciens rivaux sur le parquet, qui sont aujourd’hui montés côte-à-côte sur la scène du Barker Hangar : Magic Johnson et Larry Bird. "Un trophée pour l’ensemble de la carrière, ça veut dire que ça fait longtemps qu’on est là", a plaisanté l’ancien joueur des Boston Celtics selon Variety, alors que celui des Los Angeles Lakers a estimé qu’ils s’étaient "tous deux poussés à l’excellence".

Un show Hollywoodien...

Traditionnellement distribuées en huit-clos, devant la presse et les proches, les récompenses de la fameuse ligue américaine font depuis trois ans maintenant l’objet d’une grande cérémonie. Fini le simple photo-op, les heureux gagnants peuvent désormais faire exploser leur joie (ou couler leurs larmes) devant un public et surtout devant plus d’un million de téléspectateurs, l’événement étant retransmis en direct sur la chaîne américaine TNT. Et comme toute bonne cérémonie de remise de prix américaine qui se respecte, les NBA Awards déroulent dorénavant le tapis rouge…

Littéralement. Les stars du basket (mais pas que) arrivent sur leur 31 pour prendre la pose devant les photographes. Comme aux Oscars. Dans la salle, à l’instar de la grand-messe du cinéma hollywoodien, c’est au tour de l’hôte de la soirée d’assurer le show. Après le rappeur Drake et l’acteur Anthony Anderson, l’honneur est revenu cette année à un ancien joueur. Un certain… Shaquille O’Neal, qui n’a pas manqué à son rôle en s’improvisant tantôt rappeur, tantôt humoriste pour lancer les festivités. Des festivités qui ont vu, enfin, défiler les célébrités sur scène pour présenter les fameux prix. Parce qu'après tout, ça reste ça, l’objectif de cette soirée ultra-glamour.

... mais un problème de timing

Pourtant, vous l’aurez remarqué, la saison 2018-2019 est terminée depuis… avril. Alors pourquoi avoir attendu plus de deux mois pour organiser la cérémonie ? Depuis l’adoption de cette nouvelle formule, moins intime, plus chic, les NBA Awards n’ont plus lieu à la clôture de la saison régulière mais après les Playoffs, qui ne sont toutefois toujours pas pris en compte dans le palmarès. Alors certes, on imagine difficilement les joueurs partir faire la fête dans les trois jours qui séparent le dernier match de la saison et le premier des séries éliminatoires... Mais du coup l’attente est longue.

Trop longue. L’effervescence de fin de saison est passée, la fameuse Draft, soirée annuelle de recrutement en NBA, aussi. Et tout le monde parle déjà de la Free Agency, cette opération cruciale d’échange des joueurs en préparation de la saison prochaine. Un peu tard, donc, pour revenir sur le "MVP " de l’année… Il n’y a qu’à voir les audiences de la TNT pour se rendre compte de la perte d'intérêt : selon les chiffres de Sports Media Watch, les audiences des NBA Awards baissent d’année en année, avec 1,11 million de téléspectateurs ce lundi 24 juin 2019, contre 1,21 million en 2018 et 1,79 million pour le tout premier show. Autant dire que la ligue a tout intérêt à trouver une solution à ce problème de calendrier si elle veut faire de cette cérémonie un incontournable auprès du grand public.

Sources : NBA, Variety, #Trashtalk, Sport 24 / Le Figaro, Sports Media Watch

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Par Jessica Rat Rédacteur