Plusieurs changements notables sont opérés pour la World Surf League en 2019
Sports Extrêmes

Tout ce qui change pour la World Surf League en 2019

Plusieurs changements notables sont opérés pour la World Surf League en 2019 © Sonny Tumbelaka / AFP

La Ligue Mondiale de Surf, chargée de toutes les compétitions professionnelles de surf dans le monde, a annoncé plusieurs changements pour le World Championship Tour. Et pas des moindres.

C’est quoi la World Surf League ?

Si vos seules connaissances en surf reposent sur les films Brice de Nice et Blue Crush, un petit point -break- s’impose. La World Surf League est une entreprise américaine, qui organise plusieurs championnats. Le Championship Tour (CT) est le tournoi d’élite du surf, genre, la Ligue des Champions des adeptes de la vague. Seuls les 32 meilleurs surfeurs mondiaux peuvent s’y qualifier et s’affrontent sur des étapes dans des pays magnifiques.

Les 22 meilleurs surfeurs du CT de l’année d’avant y sont qualifiés d’office, tandis que 10 autres surfeurs peuvent y accéder en se qualifiant dans le circuit Qualifiyng Series. C’est en quelque sorte la seconde division, où les jeunes espoirs espèrent pouvoir poser leur wax sur le même sable que les champions du CT. Pour les moins de 18 ans, il y a le circuit Pro Junior, ainsi que le circuit Longboard Qualifying Series, qui comme son nom l’indique concerne les longboardeurs. Ces compétitions ont une version masculine et une autre féminine. Une fois que tout ce petit monde a été sélectionné, le World Surf League Championship Tour 2019 peut enfin commencer !

Plus vite, plus fort, plus haut, direction Tokyo !

Continuons l’explication de quelques termes, avec les Rounds. Il s’agit de manches, dans lesquelles les surfeurs participent à des heats (séries). Ces derniers sont des moments de 15 à 20 minutes, durant lesquels deux ou trois surfeurs s’affrontent en attrapant les meilleurs vagues possibles. Et ce n’est pas la quantité, mais plutôt la qualité qui va primer pour marquer des points et se qualifier pour la suite de la compétition.

Désormais, ceux qui arrivent premiers et seconds se qualifient directement pour le Round 3, tandis que les autres doivent concourir dans le Round 2 pour espérer arriver au troisième. Le Round 4 consiste en huit heats avec deux surfeurs à chaque fois et le Round 5 a tout simplement été supprimé pour arriver plus vite en quarts de finale. Encore plus intéressant que ces changements d’ordre technique, une autre nouveauté est ce qu’il y a à gagner : sa place aux JO de Tokyo 2020 ! Les 18 premiers au classement du Championship Tour se verront attribués l’une des 40 places disponibles pour la compétition. Et ça pour un sportif de haut niveau, c’est clairement la plus belle des motivations !

World Surf League : enfin l’égalité

L’autre récompense liée à cette compétition est depuis toujours le prize money, la prime au vainqueur, similaire à ce qui peut se faire dans les tournois de tennis, par exemple. Mais la prime ne tombe pas après chaque compétition. Pour cela on est plutôt proche de ce qui se fait dans la Formule 1, avec le nombre de points cumulés sur l’année qui détermine le vainqueur. Ainsi les surfeurs et surfeuses qui atteignent les 10,000 points empochent 100,000 dollars. Et c’est bien une nouveauté pour 2019, que le prize money soit identique dans les catégories homme et femme.

Le World Surf League Championship s’annonce donc plus passionnant que jamais, avec des compétitions d’avril à décembre, qui emmèneront surfeurs, surfeuses, spectateurs et spectatrices aux quatre coins du monde, de l’Australie à Hawaii en passant par le Brésil.

À noter l’escale française, qui se tiendra du 3 au 13 octobre dans les Landes. D’ailleurs si l’un des participants veut faire le rigolo et surfer avec une baguette sous le bras, est-ce qu’on peut dire qu’il a du pain sur la planche ?

Sources : Léquipe.fr, WorldSurfLeague, Olaian

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur