Teddy Riner après sa victoire contre le Blege Toma Nikiforov aux Championnats du Monde à Marrakech, le 11 novembre 2017.
Sport

Teddy Riner, l’invincible

Teddy Riner après sa victoire contre le Blege Toma Nikiforov aux Championnats du Monde à Marrakech, le 11 novembre 2017. © JACK GUEZ / AFP

Notre champion olympique de judo a une nouvelle fois imposé sa suprématie sur les tatamis, le 08 octobre 2019, en remportant le Grand Slam de Brasilia. Il ne s’agit ni plus ni moins que de sa 152ème victoire consécutive. Retour sur les exploits du colosse en kimono, alors qu’il marche à pas de conquérant vers Tokyo.

Teddy Riner en impose, pas seulement par son physique – il faut dire impressionnant avec ses deux mètres de haut et ses 139 kilos – mais aussi (et surtout) par son palmarès. Fierté de la nation, fait même porteur du drapeau tricolore pour les derniers Jeux organisés à Rio en 2016, le judoka continue de multiplier les victoires. Ce mardi 8 octobre 2019, il célébrait d’ailleurs sa 152ème en remportant le Grand Slam de Brasilia. 152 combats de gagnés sur 152 combats disputés. Un nombre qui donne le vertige. Mais le champion, lui, reste tranquille.

À 30 ans, Teddy Riner évolue sur un petit nuage, tout là-haut, semble-t-il inaccessible. Car derrière ces 152 victoires se cache un autre chiffre ahurissant : cela fait tout simplement 9 ans que le judoka n’a pas été battu. La dernière fois, c’était aux Mondiaux de Tokyo en 2010. Alors qu’il avait remporté, tout de même, le titre de Champion du Monde des poids lourds, c’est en toutes catégories qu’il avait dû se contenter d’une médaille d’argent, vaincu en finale par le Japonais Daiki Kamikawa. Un (petit) échec qui mettait alors fin à une série de 44 victoires consécutives depuis les Jeux de Pékin en 2008. "Peanuts", dirait-on aujourd’hui. Au fait, ces deux défaites, ce sont les seules de sa carrière internationale...

Une vraie soif de grandeur

Au-delà de son invincibilité qui dure donc depuis près d’une décennie, Teddy Riner c’est aussi et surtout le judoka le plus médaillé des Mondiaux. Un record qu’il détient depuis quelques années… En 2011, d’abord, il devient à seulement 22 ans le premier quintuple champion du monde masculin de la discipline, surpassant ainsi les quatre hommes qui co-détenaient jusque-là le record avec quatre médailles d’or : les Japonais Yasuhiro Yamashita, Naoya Ogawa et Shozo Fujii, mais aussi notre fameux David Douillet. La relève est dès lors définitivement assurée dans l’Hexagone. Et Teddy Riner va aller loin, beaucoup plus loin que l’ancienne star en kimono tricolore.

À peine trois ans plus tard, en 2014, celui que l’on surnomme "Teddy Bear" ("Gros Nounours") atteint déjà le record absolu en égalant celui de la Japonaise Ryoko Tani, lorsqu’il remporte son septième titre mondial à Tcheliabinsk en Russie. Et c’est dès l’année suivante qu’il le dépasse, devenant officiellement le judoka – hommes et femmes confondus – le plus médaillé de l’histoire des Mondiaux avec une huitième victoire remportée à Astana, au Kazakhstan. De quoi s'arrêter là ? Pensez-vous. Aujourd'hui, on compte pas moins de 10 médailles d'or autour de son cou.

De toute évidence, Teddy Riner trouve sa motivation dans tous ces records. Ainsi confiait-il au Monde, juste avant ce sacre en 2015 : "Quand j’en aurai fini avec Ryoko Tani, je m’attaquerai aux Jeux de 2016 et j’essaierai de rentrer en confrontation avec Nomura." Celui dont il parle, le Japonais Tadahiro Nomura, est le seul judoka à détenir trois médailles olympiques à ce jour. Et le Français est plutôt sur la bonne voie pour le rattraper. Après une première victoire à Londres en 2012, il a poursuivi sa conquête avec succès à Rio en 2016, s’approchant ainsi grandement d’un nouveau record.

À la poursuite d’un ultime record olympique

Prochaine étape : les JO 2020. Et Teddy Riner ne semble avoir que ça en tête. Lui qui préfère même manquer les derniers Mondiaux – à quoi bon ? – pour se focaliser entièrement sur ce nouvel objectif, a-t-il fait savoir sur Twitter ce mercredi 9 octobre 2019, juste après avoir remporté encore une médaille d’or au Grand Slam de Brasilia : "On ne s’arrête pas là et on se remet vite au travail, la route vers #Tokyo2020 est encore longue."

"Forcément, cette médaille d’or me tient à cœur", affirmait-il déjà en août 2018 dans les colonnes du Figaro. D’abord parce que, rappelons-le, c’est à Tokyo, pays du judo, qu’il a perdu son dernier combat il y a donc neuf ans de cela. Mais aussi parce que c’est avec ces prochains Jeux qu’il pourrait non seulement atteindre et même détenir un nouveau record. Bien conscient de l’exploit qui s’ouvre à lui, plus à portée que jamais, Teddy Riner déclarait en effet au quotidien :

"Je pourrais même devenir quadruple champion olympique, car il y a les Jeux Olympiques par équipe mixte, également. Si on arrive à le faire, ce serait quelque chose de grand."

Et, au pire, il y a toujours les JO 2024 qui seront organisés, qui plus est, à Paris. Parce que oui, même s’il aura alors 35 ans – David Douillet, lui, avait pris sa retraite après son deuxième sacre olympique à Sydney en 2000, à 31 ans – le champion compte bien y participer. "Ce sera la fin pour moi. Je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour terminer là-bas", confiait-il ainsi au Figaro l’an passé. Et de lancer, rieur : "Tout le monde pensait que j’allais arrêter, eh bien non, je n’arrête pas ! Je finirai à Paris, en 2024, à la maison." Ce serait beau, en effet.

Sources : Le Monde, Le Figaro

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Par Jessica Rat Rédacteur