SFR Actus
Sport

UFC : revivez la victoire par TKO du Français Imavov

Nassourdine Imavov après sa victoire lors de l'UFC 268, le 6 novembre 2021 à New York © MIKE STOBE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

Après Ciryl Gane, une nouvelle étoile française est en train de monter au sein de l'UFC. Nassourdine Imavov a remporté une nouvelle victoire ce week-end, et se rapproche de plus en plus du haut du classement chez les poids moyens. Revivez en images sa victoire.

Pour son troisième combat de 2021 en UFC, le Franco-Daghestanais Nassourdine Imavov affrontait à nouveau un Américain, en l'occurence Edmen Shahbazyan, 11e au classement UFC des poids moyens. Après sa victoire en juillet dernier, face à Ian Heinisch, 19e, celui que l'on surnomme le "Russian Sniper" l'a à nouveau emporté, et ce dès le second round, par un TKO impressionnant que les abonnés ont pu vivre en direct et en exclusivité sur RMC Sport. Attention, comme souvent en UFC, les images qui vont suivre sont violentes, et ne sont pas destinées aux personnes de moins de 16 ans.

Vibrez devant l'UFC en exclusivité sur RMC Sport
Vibrez devant l'UFC en exclusivité sur RMC Sport

Membre de MMA Factory, la prestigieuse écurie basée à Paris, aux côtés de Cyril Gane, d'ailleurs présent pour soutenir son ami, Nassourdine Imavov est né au Daghestan, le pays d'un certain Khabib Nurmagomedov, le fameux champion invaincu de l'UFC qui a notamment défait Conor McGregor. Arrivé en France à l'âge de 10 ans, il en a maintenant 25 et vient de remporter sa 3e victoire en 4 combats en UFC, la plus prestigieuse des ligues de MMA, pour porter son bilan en carrière à 11 victoires en 14 combats. En ayant battu le numéro 11 de la catégorie des poids moyens, Imavov peut donc maintenant rêver de défier un top 10, même si le champion français ne manque pas d'ambitions, et aimerait même défier un top 5 de la catégorie dominée par Israel Adesanya. Il lui faudra sans doute attendre encore un peu, mais sa performance lors de l'UFC 268 aura permis d'une nouvelle fois marquer les esprits. Et le visage de son adversaire...

Objectif top 5 pour Imavov

Numéro 11 chez les poids moyens avant son combat contre Nassourdine Imavov, l'Américain Edmen Shahbazyan n'a pas franchement passé un bon moment, subissant un TKO particulièrment violent, dès le second round. Immobilisé au sol et subissant un "crucifix" (quand l'adversaire est positionné au-dessus et perpendiculairement, les deux corps formant une croix), il a subi de nombreux coups de coude avant que l'arbitre de la rencontre ne décide (enfin) d'arrêter le combat. Pour rappel, dans les règles de l'UFC, c'est à l'arbitre d'indiquer l'arrêt des combats, d'où certains coups parfois portés alors que l'un des combattants est déjà au sol ou en mauvaise posture.

Et c'est justement cette position en crucifix qui démontre la qualité de Nassourdine Imavov : dans toute l'histoire de l'UFC, désormais composée de centaines et de centaines de combats, il ne s'agit que de la 12e victoire par KO ou TKO obtenue ainsi. Avant le Français, de sérieux champions y étaient également parvenus, comme Jon Jones, ou... Khabib Nurmagomedov. Simple coïncidence, ou annonce d'un nouveau grand champion pour MMA Factory, après Ciryl Gane, qui tentera de vaincre Francis Ngannou en janvier prochain pour devenir champion des poids lourds ? D'ailleurs, durant ce week-end, les deux futurs adversaires se sont croisés, et cela ne s'est pas vraiment bien passé...

La bonne ambiance. En plus de ce choc des titans annoncé, on devrait donc retouver Nassourdine Imavov au cours des prochaines semaines, sans doute pour défier un top 10 du classement des poids moyens. Une nouvelle ascension fulgurante en vue ?

Vivez ces grands combats en exclusivité sur RMC Sport. En ce moment, la chaîne est proposée en pack avec Amazon Prime Video pour 14 euros par mois (au lieu de 24,99 euros par mois), ou en pack avec Amazon Prime Video + beIN SPORTS, à 24 euros par mois (au lieu de 39,98 euros par mois). Pour ne vraiment rien louper du meilleur du sport.

Sources : RMC Sport, Ouest-France, Parlons-Basket

Sébastien Delecroix
Sébastien Delecroix Rédacteur