Les assistants vocaux sont-ils adaptés aux personnes âgées $1
Hardware

Assistant vocal pour senior : bonne ou mauvaise idée ?

Les assistants vocaux sont-ils adaptés aux personnes âgées $1 © pressmaster

Faut-il acheter un assistant vocal aux seniors ? La rédaction pèse le pour et le contre.

Alexa, Google Home et autres assistants vocaux se trouvent dans de plus en plus de foyers. On leur demande la météo, de jouer de la musique, de diffuser des images sur notre téléviseur ou on leur pose des questions sur tout et n'importe quoi. Peut-être avez-vous, dans votre entourage, une personne âgée à qui vous voudriez en offrir une. Nous vous expliquons si c'est une bonne ou une mauvaise idée.

Assistant et compagnon vocal

Sur le papier, ça a tout d'une bonne idée ! Selon une étude réalisée par les Petits frères des pauvres et publiée en septembre 2017, "300 000 français de plus de 60 ans sont en situation de mort sociale". Il faut comprendre par là qu'ils se sentent seuls et isolés du cercle familial, amical, du voisinage et du cercle associatif. Selon cette étude, les seniors seraient 32% à n'avoir personne avec qui parler de sujets personnels. Une situation qui semble inquiétante et qui pourrait avoir une solution plus simple qu'on ne l'imagine : un assistant vocal.

Les enceintes connectées ont tout du compagnon virtuel parfait. Certes, leur voix est légèrement robotique. Mais la technologie est en plein développement sur ce sujet et ce n'est qu'une question de temps avant que leur élocution soit plus humaine que possible. Une douce voix qui offre une présence dans un quotidien parfois trop silencieux. Mais surtout, un appareil qui redouble d'imagination et d'inventivité pour nous occuper. Il est en mesure de raconter des blagues ou faire des jeux, des fonctionnalités qui peuvent vous sembler futile. Mais quand mamie est seule à la maison toute la journée, ça lui redonne le sourire.

Un assistant avant tout

Au-delà de la simple présence pour rompre la solitude, il ne faut pas oublier la caractéristique première des enceintes connectées : ce sont de parfaits assistants du quotidien. Qui n'a jamais rêvé d'avoir un domestique à la maison sans avoir besoin d'exploiter un être humain pour autant ? Qui plus est, qui n'en a jamais rêvé quand il a des difficultés à se déplacer, a de l'arthrose, des rhumatismes, ou même des troubles de la vision ?

Au-delà du simple assistant vocal, le principe même d'une maison connectée permet d'éviter bien des problèmes aux personnes âgées. Allumer la lumière, la télévision, la radio, ouvrir et fermer les volets, modifier la température, tout ça, d'un simple son de voix, sans avoir à se déplacer dans la douleur. Une manière simple et efficace de gagner en autonomie.

Enfin, l'assistant vocal peut également agir en guise de pense-bête. Lui donner sa liste de courses, programmer des rappels, faire sonner la machine dès qu'il faut prendre un médicament, tout un tas de fonctionnalités plus qu'utiles quand on n'a plus forcément la mémoire de ses 20 ans !

La barrière de la technologie

Mais avant d'en arriver là, il reste encore un problème de taille. Vos parents ou grands-parents ne sont pas nés avec un smartphone dans les mains. Ni-même avec un ordinateur, d'ailleurs. Ce qui peut occasionner quelques moments cocasses lorsqu'ils sont confrontés à la technologie, cela à cause de la barrière de la langue technologique. À l'instar des moteurs de recherche, il faut formuler sa requête d'une certaine manière si l'on veut obtenir le résultat escompté. Si les plus jeunes possèdent ce langage de manière presque innée, ce n'est pas le cas de nos aînés. Et parfois, trop de "bonjour", "s'il te plait" et "merci" peuvent les mener dans l'impasse.

Une barrière qui peut déconcerter et intimider les personnes âgées. C'est sans compter sur le fait que les assistants vocaux sont parfois impatients. Si la requête est formulée trop longuement ou lentement, la machine perd patience, annonce qu'elle n'a pas compris, s'excuse et repart en veille dans son monde virtuel. Là où l'élocution des seniors peut parfois être très engourdie en cas de grand âge, cela peut devenir problématique. Dans ce cas de figure, ce n'est qu'une question de temps avant que l'enceinte connectée ne finisse au placard.

Quelle solution dans ce cas ? La patience. Il ne faut pas forcément espérer y arriver du premier coup. Il est indispensable d'apprendre pour profiter pleinement des bienfaits de cette technologie. Et si vous désirez équiper un senior isolé d'un assistant vocal, sa familiarisation avec l'appareil pourrait lui apporter plus de distraction que vous ne l'imaginez !

Sources : Petits frères des pauvres

Par Clément Capot