La reconnaissance faciale portée à l'étape suivante en France.
Innovations

La France adopte l'authentification par reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale portée à l'étape suivante en France. © ryanking999 / Adboe Stock

La France est le premier pays d'Europe à proposer la reconnaissance faciale comme méthode d'authentification.

Déverrouiller votre iPhone ou n'importe quel autre smartphone à l'aide de la reconnaissance faciale, vous connaissez. Il s'agit d'une action des plus courantes ces dernières années. En revanche, ce que vous ignorez probablement, c'est que bientôt, vous pourrez utiliser cette fonctionnalité avec les services officiels de l'État.

Site des impôts, CAF, caisse des dépôts, dès novembre, il vous sera potentiellement possible de vous connecter avec la reconnaissance faciale. C'est du moins ce qu'essayent de mettre en place le ministère de l'Intérieur et l'Agence nationale des titres sécurisés (ANTS), à partir d'une application mobile. Cela ferait donc de la France le premier pays européen à utiliser cette méthode d'authentification.

Un accès aux services publics avec votre visage

Cette application mobile s'appellerait Alicem. Elle permettrait aux français de se servir de leur visage pour se connecter à près de 500 interfaces du service public en ligne. Plus besoin de créer un mot de passe que l'on finira probablement par oublier. Bien entendu, il s'agira d'une option laissée au bon vouloir de chacun qui ne devrait pour l'instant pas être imposée.

Pour accéder à ce service, il faudra d'abord être en possession d'une pièce d'identité dotée d'une puce biométrique, à savoir un passeport ou un titre de séjour. Il conviendra ensuite de fournir une photo ainsi qu'une vidéo dans laquelle il faudra effectuer quelques mouvements simples comme cligner des yeux ou faire pivoter sa tête.

La CNIL pas franchement convaincue

Si cette nouvelle fonctionnalité s'annonce comme une véritable petite révolution pratique, la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) est beaucoup plus mesurée. Pour elle, Alicem ne serait pas compatible avec le Règlement européen de la protection des données personnelles. En effet, l'application rend obligatoire l'acceptation du traitement des données biométriques, alors qu'il s'agit normalement d'un élément sur lequel les utilisateurs sont supposés apporter leur consentement.

C'est donc à tous nos concitoyens français que reviendra le choix d'opter pour ce mode d'authentification ou non !

Sources : Hitek, Légifrance

Clément Capot
https://twitter.com/Clepotp Par Clément Capot Rédacteur