Maître Yoda sous la forme d’un hologramme, en plein haut conseil des Jedi, dans le film Star Wars : Episode III - La Revanche des Sith.
Innovations

Téléphoner en hologramme comme dans Star Wars, c’est pour quand ?

Maître Yoda sous la forme d’un hologramme, en plein haut conseil des Jedi, dans le film Star Wars : Episode III - La Revanche des Sith. © Star Wars : Episode III - La Revanche des Sith / Lucasfilm

Oubliez la visioconférence et facetime, cela appartient au passé. Le prochain cap est celui de l’appel téléphonique par hologramme.

En 1977 dans Star Wars, tout commence par un message holographique de la princesse Leia envoyé à Obi-Wan Kenobi pour lui demander son aide et sauver la galaxie des griffes du terrible empire. Oui, dans les années 1970, nous avions déjà envisagé de pouvoir converser avec une personne en trois dimensions sans pour autant qu’elle ne soit dans la pièce. Mais ce n’est pas la première fois que le concept est évoqué. Dès 1892, Jules Vernes parle de l’hologramme dans son ouvrage Le Château des Carpathes. Pourtant, plus de 120 ans après, il ne vous est toujours pas possible d’utiliser cette technologie. Au mieux, vous pouvez effectuer un appel vidéo, mais tout reste en deux dimensions, cloîtré dans votre smartphone. Aurez-vous la possibilité, un jour, de faire sortir vos interlocuteurs de ce petit écran ?

La grande tendance de l’hologramme

Ces dernières années, l’hologramme s’est imposé comme la nouvelle grande tendance vers laquelle il faut se tourner. Mais pas nécessairement en matière téléphonique. C’est plutôt sur scène qu’elle a explosé. On se souvient du meeting de Jean-Luc Mélenchon, en simultané à Lyon et à Paris, grâce à cette technologie. Mais il n’est pas le seul à s’y être essayé. On trouve également de nombreux artistes musicaux qui se produisent en hologramme. C’est aussi le cas d’ARP (Augmented Reality Performers), un boys band japonais en hologramme formé par quatre chanteurs créés par la société de jeux vidéo Yuke’s.

Mais qu’il s’agisse du monde politique ou musical, l’hologramme semble toujours éprouver quelques difficultés à s’insérer au quotidien dans nos smartphones. Ce que veulent les français, ce n’est pas Jean-Luc Mélenchon, ni un boys band, dématérialisé dans leur salon. C’est bel et bien leurs proches, au travers de leur téléphone.

Un téléphone holographique, ça existe déjà

Non, nous ne vous écrivons pas depuis le futur. Il est déjà possible de vous procurer un téléphone holographique. Mais ne vous emballez pas, cela ne ressemble à rien de ce que vous pouvez voir dans les films de science-fiction. En 2018, la firme RED dévoile son nouveau smartphone, l’Hydrogen One, qui prétend être holographique. Dès lors, on s’imagine faire sortir la tour Eiffel de l’écran… on en est bien loin.

Le principal problème de l’Hydrogen One, ce n’est pas sa publicité qui vous vend un rêve illusoire, mais plus un hologramme qui n’en est pas un. Certes, on retrouve une notion de trois dimensions. Malheureusement elle n’est pas externe mais interne à votre téléphone. Il s’agit plutôt d’une sensation de profondeur. Ainsi, la technologie employée par RED donne une qualité d’image largement supérieure à celle de ses concurrents ou de tout ce que l’on avait pu voir jusqu’ici. Mais ce n’est pas de sitôt que vous aurez le chancelier Palpatine dans votre salon. Ni un boys band à la mode d’ailleurs.

Pourquoi l’hologramme ne se démocratise pas ?

Si tout avance si lentement, c’est parce qu’il s’agit d’une technologie relativement compliquée à utiliser. Elle requiert une captation et une diffusion multidimensionnelle. Et il faut systématiquement se poser la question : sur quel support est diffusée l’image ? Impossible de faire apparaître une image dans l’air, il faut nécessairement une matière solide sur laquelle faire apparaître les couleurs. À l’heure actuelle, c'est une illusion qu’on appelle le Fantôme de Pepper que nous appelons hologramme. Un système de vitres ou de miroirs inclinés qui donnent une illusion holographique. En somme, une captation en 3D diffusée en 2D comme si de rien n’était.

Mais ce n’est pas la seule complexité que pose cette technologie futuriste. Le but du jeu, c’est de reproduire exclusivement l’interlocuteur, et pas son environnement complet. Et pour que tout ce qui entoure la personne captée échappe à l’oeil des caméras, le cadre doit être teinté de noir. Ce qui voudrait donc dire avoir une pièce où tout est noir, chez vous, spécifiquement dédiée aux appels holographiques, pour converser avec une personne qui remplit les mêmes conditions que vous.

Vous l’aurez donc compris, c’est bien trop de contraintes pour passer des coups de fil en 3D. Un certain nombre de détails que la science-fiction semble avoir oublié, pour nous donner des espoirs irréalistes. Téléphoner en hologramme comme dans Star Wars, ce n’est donc sensiblement pas pour tout de suite, ni même pour un futur proche. Et ce n’est pas la priorité. Du moins, pas tant que les scientifiques n’ont pas trouvé de solution miracle !

Par Clément Capot