Vine a enfin trouvé son digne successeur.
Internet

Byte : le successeur de Vine est arrivé !

Vine a enfin trouvé son digne successeur. © Yeamake / Adobe Stock

Brutalement fermée en 2016, l'application Vine a enfin droit à son successeur : Byte.

Lancée en 2013 par Twitter, l'application Vine est rapidement devenue l'un des services de partage de vidéos les plus utilisés sur smartphone, avec ses courtes séquences de 7 secondes qui font le tour de toute la planète. Malheureusement, c'est un destin tragique qui attend l'application fondée par Dom Hofmann et Rus Yusupov. En raison de ses audiences trop faiblement monétisées, elle est tristement fermée en 2016, laissant de nombreux adeptes orphelins.

Bonne nouvelle cependant : un successeur est désormais disponible ! Ce samedi 25 janvier, l'un des deux fondateurs de Vine, Dom Hofmann, a lancé une nouvelle application : Byte. Elle reprend le même système que son ancêtre, à cela près que les vidéos dureront cette fois six secondes seulement. Une durée très limitée durant laquelle ses utilisateurs devront être créatifs pour faire rire ou démontrer leurs talents.

L'application est organisée autour de quatre onglets : une page d'accueil avec du contenu suggéré, une page de recherche, un outil pour prendre vos propres vidéos et un quatrième onglet qui rassemble toutes les notifications. Rien de bien sorcier donc, une formule simple mais efficace.

TikTok dans le viseur de Byte

Mais voilà, le problème, c'est que depuis le départ de Vine du marché, les cartes ont changé de main. Non seulement Instagram a recentré ses usages autour de la vidéo avec l'ajout des stories, mais un concurrent de taille exclusivement articulé autour du partage de vidéos a fait son apparition : TikTok. Le marché des réseaux sociaux est donc beaucoup plus bouché et rude qu'en 2013, lors du lancement de Vine.

Mais il reste encore une chance pour Byte de faire tomber son principal rival. Depuis plusieurs mois maintenant, le gouvernement des États-Unis est extrêmement suspicieux de l'application TikTok, pour rappel, d'origine chinoise. C'est au travers d'une lettre ouverte publiée dans le Washington Post que deux sénateurs américains écrivaient : "Nous demandons à la Communauté du renseignement des États-Unis de conduire une évaluation du risque pour la sécurité nationale que pose TikTok et toutes les plateformes chinoises disponibles aux États-Unis". À l'image de Huawei, ils accusent l'application de collecter les données personnelles de ses utilisateurs pour les remettre au gouvernement chinois.

Si l'enquête est toujours en cours, il reste possible que le gouvernement américain décide d'interdire TikTok sur le sol des États-Unis, laissant le champ libre à Byte pour regagner ses utilisateurs perdus.

Sources : The Washington Post, Frandroid, Le Figaro

Clément Capot
https://twitter.com/Clepotp Clément Capot Rédacteur