Facebook veut brouiller les pistes pour la reconnaissance faciale...
Internet

Facebook développe la désidentification

Facebook veut brouiller les pistes pour la reconnaissance faciale... © Alexander / Adobe Stock

Le groupe de Recherche en Intelligence Artificielle du géant américain a mis au point une technologie pour le moins bluffante, permettant de duper les logiciels de reconnaissance faciale.

C’était pourtant l’un des fers de lance de Facebook. Mais si le réseau social utilise depuis longtemps la reconnaissance faciale, notamment dans un objectif ludique de suggestion d’amis à taguer sur des photos, cette technologie fait dorénavant l’objet d’inquiétudes publiques, pouvant être aisément détournée à des fins malveillantes. Capable d’identifier n’importe qui en analysant les traits de son visage, elle peut en effet servir à la surveillance et à l’espionnage. De même qu’elle peut être utilisée pour créer des deepfakes, ces images truquées qui mettent des personnes dans des situations (embarrassantes) alors qu’elles ne l’ont jamais été.

C’est face à de tels emplois frauduleux de la fonctionnalité, qui pour la plupart d’entre nous sert au jour le jour à faire de plus humbles actions, comme déverrouiller son smartphone, qu’une autre technologie a commencé à être développée au sein de la communauté scientifique : la désidentification. Alors que les chercheurs ont déjà mis au point plusieurs méthodes pour duper les logiciels de reconnaissance faciale sur des images fixes, Facebook vient de réaliser une belle avancée dans le domaine. "Pour autant que nous sachions, notre travail est le premier en désidentification à montrer des résultats en vidéo", affirment ainsi les ingénieurs du groupe de Recherche en Intelligence Artificielle de l’entreprise, dans leur étude publiée le 27 octobre dernier. Ils précisent :

"Nous proposons une méthode de désidentification faciale qui permet une modification entièrement automatique de la vidéo à haute fréquence d’images. L’objectif est de décorréler l’identité, tout en conservant l’aspect général (position, éclairage, expression du visage)."

"Ce visage me dit quelque chose…"

Et ce, preuve à l’appui. L’un des chercheurs en question, dénommé Oran Gafni, a en effet publié des exemples édifiants de leurs travaux de désidentification sur YouTube. Pour sujets, les spécialistes en IA de Facebook ont choisi de prendre des visages connus de tous : ceux de célébrités. Ainsi nous démontrent-ils comment Jennifer Lawrence, George Clooney ou encore Tom Hanks peuvent désormais voir leur identité protégée dans les contenus vidéos. À gauche, l’extrait original, tiré d’une interview ou d’un film. À droite, le clip désidentifié. Tout reste effectivement à l’identique, si ce n’est certains traits du visage donc modifiés.

"La personne dans la vidéo modifiée a une apparence similaire à celle de la vidéo originale. Mais n’importe quel logiciel de reconnaissance faciale à la pointe de la technologie n’arrivera pas à identifier cette personne", souligne ainsi l’étude du groupe de recherche de Facebook, qui affirme en outre que sa méthode de désidentification fonctionne aussi sur des vidéos en direct. Et de suggérer : "Cela peut permettre, par exemple, à un utilisateur de laisser un message tout en gardant une apparence naturelle de façon anonyme sur un forum public, sans qu’une technologie de reconnaissance faciale puisse l’identifier."

D’après le site VentureBeat, qui a contacté un porte-parole de Facebook à ce sujet, l’entreprise ne compte toutefois pas intégrer cette nouvelle technologie à ses réseaux sociaux. En revanche, l’étude étant ouverte à tous, nul doute que de tels travaux devraient servir la recherche pour continuer de développer l’intelligence artificielle – et donc anticiper les mauvais tours qu’elle peut nous jouer…

Sources : Facebook Research, VentureBeat

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Par Jessica Rat Rédacteur