Un content store SFR.
Internet

Pourquoi y a-t-il si peu d’opérateurs téléphoniques ?

Un content store SFR. © Romain ROGISTER - SFR

Avoir un smartphone pour faire des selfies sur Instagram ou jouer à Candy Crush, c’est bien. Pour passer des coups de fil et envoyer des SMS, c’est mieux. Pour cela, il faut souscrire à un opérateur téléphonique. Et en France, ils ne sont que quatre.

SFR, Bouygues Telecom, Free Mobile et Orange

Quatre, comme les Beatles ou les Quatre Fantastiques. Vous trouvez que ce n’est pas beaucoup et qu’il y en a sûrement d’autres ? C’est vrai, mais il y a un truc. Pour commencer, il faut faire la distinction entre les opérateurs de réseau mobile (MNO) et les opérateurs de réseau mobile virtuels (MVNO). Oui, un seul mot peut tout changer.

Les premiers mentionnés sont donc au nombre de quatre et peuvent également être appelés opérateurs classiques. C’est-à-dire que ces compagnies de télécommunication possèdent leur propre réseau mobile. De leur côté, les MVNO ont noué des accords avec les quatre MNO, afin d’utiliser leurs réseaux. Parmi les MVNO les plus connus, on peut citer La Poste Mobile, M6 Mobile, Virgin Mobile et NRJ Mobile. Ils sont au total une quarantaine, mais ne se partagent qu’un peu plus de 10% de parts de marché en matière de téléphonie mobile. La couverture du réseau est donc elle uniquement assurée par SFR, Bouygues Telecom, Free Mobile et Orange. Mais alors, pourquoi si peu ?

77 millions d’abonnements

C’est la plus étonnante des statistiques : alors que l’on dénombre 67 millions d’abonnements en France, on compte 77 millions d’abonnements téléphoniques ! Un chiffre qui s’explique par les téléphones professionnels, ou les gens qui ont plusieurs comptes, mais aussi les abonnements non téléphoniques, comme pour les tablettes ou les clefs 4G par exemple. Ceci explique cela. Et ces 77 millions d’abonnements sont donc alimentés par SFR, Orange, Bouygues Telecom et Free Mobile en terme de réseaux.

S’ils ne sont que quatre, c’est parce que déployer les moyens techniques pour couvrir tout le territoire a un coût très élevé. Les MVNO évoqués plus haut ne peuvent pas se le permettre, surtout que leur offre est bien souvent agressive et très basse. Ils utilisent donc un réseau déjà existant chez l’un des quatre opérateurs, en le proposant à moindre coût, sans avantage annexe (changement de mobile, offre vidéo, applications dédiées…) et avec un service client moins suivi. Mais pourtant, avec quatre opérateurs téléphoniques, la France fait partie des pays en ayant.. le plus.

Autant qu’aux États-Unis

Avec un territoire pourtant 17 fois plus grand que la France et 327 millions d’habitants, soit cinq fois plus, les États-Unis comptent pourtant exactement le même nom d’opérateurs téléphoniques réels (MNO) que par chez nous. D’ailleurs, de nombreux pays européens, actuellement à trois opérateurs, aimeraient copier le modèle français et passer à quatre. L’Allemagne, passée de quatre à trois en 2014, souhaite faire machine arrière, tandis que la Belgique va accueillir un quatrième opérateur en 2019, et que Free est arrivé comme quatrième acteur du marché en Italie l’an passé. Cependant, en France et au Royaume-Uni, la tendance serait plutôt de repasser à trois, afin de garantir un passage solide à la 5G, le prochain gros chantier qui attend les opérateurs téléphoniques…

Sources : BFMTV, La Tribune

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur