Bill Gates à la conférence DealBook organisée par le New York Times, à New York, le 6 novembre 2019.
Smartphones

Bill Gates dévoile "sa plus grande erreur"

Bill Gates à la conférence DealBook organisée par le New York Times, à New York, le 6 novembre 2019. © MICHAEL COHEN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Lors de la conférence DealBook organisée par le New York Times ce mercredi 6 novembre 2019, le fondateur de Microsoft a exprimé son plus grand regret. Une erreur qui lui aurait coûté des milliards.

Microsoft s’est très vite imposée comme un leader dans le monde de l'informatique. Et pourtant, il est une nouvelle technologie sur laquelle l’entreprise a raté le coche – et peine même encore à vraiment percer : les smartphones. Plus précisément, c’est au niveau des OS sur lesquels fonctionnent nos précieux téléphones intelligents que Bill Gates se désole de ne pas avoir réussi à faire partie des incontournables du marché. "Au lieu d’utiliser Android aujourd’hui vous seriez en train d’utiliser Windows Mobile", affirme en effet l’ancien dirigeant devenu philanthrope, si cela n’avait pas été pour une fâcheuse "distraction"…

"Cela ne fait pas de doute que le procès antitrust a fait du mal à Microsoft", confie-t-il au public de la DealBook Conference, dans des propos rapportés par The Verge, évoquant la bataille judiciaire dans laquelle s’est retrouvée la société informatique à la fin des années 1990, le gouvernement américain l’accusant alors d’imposer un monopole anticonstitutionnel. "Sans cette affaire antitrust", regrette encore Bill Gates, "on aurait été plus concentré sur la création du système d’exploitation pour mobile". Et de déclarer : "Nous étions si proches, mais j’étais juste trop distrait. J’ai tout foiré sur ce coup-là à cause de cette distraction."

L’ancien boss de la firme de Redmond assure aujourd’hui qu’ils n’avaient "que trois mois de retard sur un produit que Motorola aurait utilisé pour l'un de ses téléphones". Juste le temps pour un concurrent de se montrer comme une alternative au géant informatique et remporter le marché. "Et donc, oui, c’est vraiment le gagnant qui rafle tout", constate Bill Gates, impuissant. Le gagnant en question n’étant autre qu’Android bien sûr, racheté en 2005 par Google.

Microsoft aurait dû être le concurrent "naturel" d’Apple

Comme le rappelle The Verge, l’ex-patron de la société de Mountain View, Eric Schmidt, avait d’ailleurs admis en 2012 avoir été "très inquiet que la stratégie mobile de Microsoft soit pleine de succès." Son objectif était donc bien de mettre son concurrent hors course et se présenter comme seule alternative face à Apple et son célèbre iPhone muni de l’iOS. Déjà en juin dernier, lors d’une conférence organisée cette fois par Village Global, Bill Gates reconnaissait effectivement que sa "plus grande erreur était d’avoir mal géré une situation qui a fait que Microsoft n’est pas ce qu’Android est aujourd’hui. C’est-à-dire qu’Android est devenue la plateforme mobile non-Apple standard."

"Cela devait être naturel pour Microsoft", se désolait-il ainsi, comme encore incrédule toutes ces années après de ne pas avoir su s’imposer sur ce marché. Et de souligner, un brin rieur toutefois : "Il n’y a la place que pour un système d’exploitation autre qu’Apple et qu’est-ce qu’elle vaut ? 400 milliards de dollars, qui pourraient être transférés de l’entreprise G à l’entreprise M." Nul doute grâce à un certain recul, le multimilliardaire semble donc capable d’en rire (un peu) aujourd’hui. À la DealBook Conference, il a ainsi conclu : "Maintenant, personne n’a jamais entendu parler de Windows Mobile, mais tant pis. Ce ne sont que quelques milliards ici et là..."

Reste que l’on sent tout de même bien qu’il s’agit-là de son plus grand regret, alors que Windows Mobile a été définitivement mis de côté par Microsoft pour laisser place au Windows Phone à la fin des années 2000. Lequel n’a toujours pas réussi à rattraper ni Apple, ni Android. Cerise sur le gâteau : Microsoft elle-même a fini par adotper le système d’exploitation de Google, pour son dernier Surface Duo dévoilé en octobre dernier

Sources : The Verge, Village Global

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Par Jessica Rat Rédacteur