Le PDG de Huawei, Richard Yu, lors du salon IFA organisé à Berlin, le 6 septembre 2019.
Smartphones

Huawei prépare ses mises à jour vers Android 10

Le PDG de Huawei, Richard Yu, lors du salon IFA organisé à Berlin, le 6 septembre 2019. © TOBIAS SCHWARZ / AFP

C’est en plein IFA 2019 que le constructeur chinois a présenté, ce samedi 7 septembre 2019, les dates de déploiement de la mise à jour EMUI 10, sa surcouche basée sur Android 10. Plusieurs smartphones de la marque devraient ainsi bénéficier, dans les jours (et mois) à venir, de la toute dernière version du système d’exploitation de Google.

Huawei semble plutôt bien s’en sortir face aux menaces formulées par le gouvernement américain. Alors, oui, elle figure toujours sur la "liste d’entités" qui se retrouvent, par soi-disant souci de sécurité nationale, exclues du marché outre-Atlantique. Et non, elle n’a toujours pas récupéré sa licence Android, ne pouvant de facto plus collaborer avec Google. Mais après avoir obtenu un délai de 90 jours sur ces restrictions, puis encore 90 jours arrivée à la date butoir de ce premier sursis le 19 août dernier, il se trouve que l’entreprise de Shenzhen peut finalement profiter de la toute dernière version du système d’exploitation de la firme américaine, disponible depuis le 3 septembre dernier.

C’est ainsi non sans fierté que le constructeur chinois a annoncé les dates de mises à jour vers EMUI 10, sa surcouche basée sur Android 10, pour plusieurs de ses smartphones existants lors de l'IFA 2019 à Berlin. Soit les P30 et P30 Pro, à compter de novembre prochain, suivis de la gamme Mate et de la série Honor 20 de sa filiale en décembre. Pour les Huawei P30 Lite et P20, il faudra en revanche attendre mars 2020, alors que "d'autres modèles" leur emboîteront le pas au deuxième trimestre.

Surprise, le fabricant a en outre fait savoir que son prochain Mate 30 bénéficiera également de la dernière version de l’OS de Google. Et il sera même le premier à ouvrir "la route vers l'EMUI 10" à son lancement, le 19 septembre prochain.

De l’art de contourner les restrictions

En revanche, le nouveau modèle de la marque chinoise ne pourra pas embarquer, restrictions américaines obligent, le Google Play Store ni les applications d’ordinaire préinstallées du géant de la Silicon Valley. Mais le PDG de Huawei, Richard Yu, a tenu à rassurer ses clients dans un entretien au Spiegel, affirmant qu’ils pourront les installer "eux-mêmes"...

En plus d’avoir ainsi trouvé une petite faille qui lui permettrait de contourner les sanctions imposées par Trump, rien n’interdisant effectivement les utilisateurs d’installer eux-mêmes les applications Google sur leur smartphone, la firme chinoise se prépare aussi au pire. C'est qu'elle a développé (et ce depuis plusieurs années déjà) son propre système d’exploitation, qu’elle s’apprêterait donc à déployer d’ici l’an prochain. Toujours au micro du Spiegel, Richard Yu a en effet déclaré : "Pour les produits actuels, nous resterons avec Android. Si les contraintes persistent, nous utiliserons notre propre HarmonyOS pour les futurs produits, tels que le P40, qui est prévu pour le printemps 2020." Affaire à suivre.

Sources : Phonandroid, Android Authority, Spiegel

Par Jessica Rat