Un smartphone, plusieurs chargeurs potentiels !
Smartphones

Les chargeurs de smartphones seront-ils bientôt universels ?

Un smartphone, plusieurs chargeurs potentiels ! © fosupaksorn / Adobe Stock

Depuis 2009, l'Union européenne essaye, en vain, de forcer l'uniformisation des chargeurs par les constructeurs de smartphones.

Souvenez-vous : dans les années 2000, tout le monde avait un chargeur différent pour son téléphone. Il n'y avait pas vraiment à discuter, chaque téléphone de chaque marque venait avec sa petite spécificité. Si vous aviez oublié votre chargeur, vous ne pouviez pas redonner de la batterie à votre mobile, un point c'est tout. Puis, avec l'avènement des smartphones, les normes ont tendu vers une certaine uniformisation.

Aujourd'hui, on trouve globalement quatre types de chargeurs : les micro USB, les plus communs, les USB-C, son successeur et dernière génération en la matière, le port lightning des iPhone qui marchent seuls de leur côté, ou encore la très innovante recharge sans-fil. Différents chargeurs qui peuvent poser problème lorsqu'on a besoin d'en emprunter un à quelqu'un, mais surtout qui irrite au plus haut point l'Union européenne.

L'union européenne fait la guerre aux chargeurs

Ce lundi 13 janvier 2020, le Parlement européen ouvrait à nouveau les débats sur l'uniformisation des chargeurs de smartphones. Un dossier qui avance extrêmement lentement. Jusqu'ici, l'UE encourageait les constructeurs à l'harmonisation, sans mesures contraignantes. Ce qui n'a pas franchement fonctionné. Elle envisagerait d'employer la manière forte dans les années à venir.

Mais d'ailleurs, pourquoi l'Union européenne émet-elle une telle résistance au différents types de chargeurs ? Tout simplement parce qu'ils polluent énormément. Un rapport de la Commission européenne recense près de 51 000 tonnes de déchets par an, simplement à cause des chargeurs. Un chiffre qui pourrait être réduit avec l'uniformisation.

Des mesures contraignantes qui ne plaisent pas aux constructeurs

Le vice-président de la Commission européenne, Maroš Šefčovič, en a fait l'un de ses combats. Il a notamment été appuyé par le député français David Cormand, du groupe écologique : "Depuis dix ans, la Commission persiste à compter sur la bonne volonté de l’industrie, avec l’absence de résultats que l’on connaît, et les lobbies se frottent les mains. Ça suffit ! [...] Il n’est pas acceptable pour les citoyennes et les citoyens européens qu’une mesure qui permet de lutter contre le gaspillage, la pollution et l’obsolescence programmée soit ainsi bloquée. Ça suffit !"

De son côté, Apple, principal marginal en matière de chargeur de smartphones, une telle mesure européenne serait contre-productive. Non-seulement elle serait "mauvaise pour l'environnement", en raison du remplacement de nombreux chargeurs lié à cette uniformisation, mais en plus de ça, elle "gèlerait l'innovation". "Nous croyons que cet effort collectif des principaux constructeurs est meilleur pour l’innovation, meilleur pour les consommateurs et meilleur pour l’environnement", soutient un porte-parole d'Apple.

De l'autre côté de l'Atlantique, cette norme hypothétique séduit le conseil américain de l’Information sur l’industrie technologique qui estime que "cette démarche européenne promeut l’interopérabilité et vise à diminuer les e-déchets". Maintenant que presque tout le monde a donné son feu vert, il ne reste plus qu'à l'Union européenne de voter, ce qui est prévu pour une session ultérieure.

Sources : Union européenne, 01net

Clément Capot
https://twitter.com/Clepotp Clément Capot Rédacteur