SFR Actus
Smartphones

Pour 1 Français sur 3, une batterie déchargée est une phobie

Selon une étude OpinionWay, 1 Français sur 3 a une vraie phobie de la batterie déchargée © OPPO

Une étude menée par OpinionWay et commandée par OPPO révèle le rapport entrenu par les Français avec le niveau de charge de leurs smartphones. Plus qu'une crainte, il s'agit désormais d'une véritable phobie, notamment pour les 18-24 ans, qui à 42% préfèrent se mettre en retard plutôt que de partir sans avoir rechargé leur batterie...

Maintenant qu'il y a plus d'utlisateurs de smartphones que d'ordinateurs (77% contre 76%) en France, OPPO a voulu analyser les rapports entretenus par les utilisateurs avec le niveau de charge de la batterie. Et les résultats sont édifiants, évoquant carrément une nouvelle phobie des temps modernes...

Bien entendu, OPPO avait une idée en tête en commandant une telle étude à OpinionWay, la firme chinoise chinoise faisant de la charge rapide sa marque de fabrique, comme nous avions pu le constater lors de notre test du Reno4 Pro, capable de passer de 0 à 100% de batterie en seulement 35 minutes. Et visiblement, pour apaiser bien des esprits, cette démocratisation de la charge rapide est bienvenue. En effet, 34% des Français interrogés pour les besoins de l'étude ont avoué redouter un "coup de la panne", bien différent cette fois de celui qui se fait en voiture. Pour les tranches d'âge les plus jeunes interrogées, les chiffres sont encore plus éloquents : 64% des 18-24 ans et 53% des 25-35 ans se disent préoccupés par cette perte de batterie. Encore plus parlant, 42% des 18-24 ans avouent préférer être en retard à un rendez-vous, en cours ou au travail plutôt que de partir avec une batterie qui ne serait pas rechargée...

On peut dès lors parler de véritable phobie, rejoignant en quelque sorte le phénomène appelé "FOMO", ou "Fear Of Missing Out", exprimant la crainte de manquer quelque chose (un événement, une info, une opportunité...). D'ailleurs, les sondés ont exprimé ce qui les dérangeait le plus en cas de manque de batterie. Pour 39%, il s'agit de louper un SMS ou un appel, pour 18%, de ne pas avoir accès au GPS, et pour 10%, d'être coincé quelque part. Des chiffres qui deviennent encore plus importants pour les 18-24 ans, notamment pour les craintes liées au GPS (28%, +10 points) et le fait d'être coincé quelque part (27%, +17 points). Ronan Castellier, sociologue, analyse ces résultats dans le communiqué de presse envoyé par OPPO :

"La fixation névrotique sur le pourcentage de batterie restant, pesant comme une menace ou une épée de Damoclès sur les possibilités de la journée (Est-ce que la batterie déchargée ne va pas hypothéquer cette journée ?), serait devenue la grande phobie contemporaine. Une phobie ado pour qui le smartphone est un objet omniscient, qui s’étend au reste de la société, et d’abord auprès des 18/24 ans, tant la panne de batterie est une sorte de grain de sable qui peut compromettre toutes formes d’opportunités."
L'infographie expliquant les résultats de l'étude menée par OpinionWay
L'infographie expliquant les résultats de l'étude menée par OpinionWay © OpinionWay

Les Franciliens et la crainte du GPS

Cette phobie de la batterie déchargée étant bien réelle (vivement qu'on lui trouve un nom, genre "batterividophobie"), les jeunes utilisateurs trouvent des solutions. Ainsi les 18-24 ans ont avoué à 23% être restés plus longtemps que prévu chez quelqu'un uniquement pour recharger leur batterie, et 19% se sont déjà rendus dans des bars (quand ceux-ci étaient encore ouverts) uniquement pour brancher leur smartphone. Par ailleurs, l'étude fait un zoom particulier sur les habitudes des Franciliens, soulignant qu'ils ont deux fois plus qu'ailleurs l'habitude de se mettre en retard pour cause de batterie insuffisamment chargée, ou que 31% d'entre eux ont peur de se perdre s'ils ne peuvent pas utiliser leur GPS. Il ne faut donc pas s'étonner de voir que l'envie de charge rapide, ou l'utilisation d'accessoires bien pratiques comme des batteries externes ou des chargeurs à induction, soient désormais plébiscitées.

Autre chiffre livré par l'étude et assez amusant : 42% des 18-24 ans évoqueraient un manque de batterie pour mettre fin à des appels. Avec les nouvelles technologies de charge rapide, cette excuse pourra-t-elle encore durer longtemps ?

Pour ne pas vous mettre en retard et avoir moins peur de voir votre smartphone se décharger, retrouvez les batteries de secours et charges à induction sur la boutique en ligne de SFR.

Sources : OpinionWay, OPPO

Sébastien Delecroix
Sébastien Delecroix Rédacteur