Émissions-docus

Brisons le tabou ! sur RMC Story, rencontre avec Laure Pester, présentatrice

Laure Prester est la présentatrice du documentaire "Brisons le tabou !" sur RMC Story. Ici avec Anna Roy, sage-femme et autrice. © RMC Story

Ce 5 septembre 2023 à 21h10, RMC Story dévoile le premier épisode d'une série documentaire centrée sur des problématiques de santé féminine. Pour incarner ces sujets, rencontrer des femmes qui partagent leur quotidien et des professionnels venus apporter leur expertise, Laure Pester alias Lorie a enfilé la casquette de présentatrice.

Brisons le tabou ! sur les sujets longtemps considérés comme trop intimes donc invisibilisés. “Aujourd’hui la parole se libère un peu plus, mais on a encore besoin d’en parler”, avoue Laure Pester lors de la conférence de presse. C’est toute la volonté de ses documentaires dont le premier traitera du post-partum, période entre l’accouchement et le retour des menstruations que chaque femme vit différemment avec des douleurs et des changements autant physiques que psychiques. De la même façon qu’au moment des règles, au cœur du second épisode.

Ce n’est pas la première fois que ces thèmes font l’objet de documentaires. La promesse et la différence de ces productions, signées 17 juin pour RMC Story, est d’apporter des solutions aux femmes - et aux hommes - par d’autres femmes et des spécialistes. “Ce sont des sujets importants et forts, abordés avec sourire et bienveillance. C’est vraiment du positif”, précise Laure Prester qui prend le rôle de présentatrice le temps de deux épisodes (pour le moment), après une carrière de chanteuse et de comédienne du petit écran.

Entretien exclusif avec Laure Pester (Lorie), présentatrice de l’émission Brisons le tabou !

SFR Actus a eu la chance de découvrir en avant-première Post-partum : brisons le tabou ! et d'échanger avec Laure Pester sur ce nouveau programme qu’elle incarne aux côtés de Noémie, Charlotte, Laurie, Floriane ainsi qu’Anna Roy, la sage-femme spécialiste du post-partum, Clarisse Agbegnenou, championne du monde et médaillée olympique de judo ou encore Laure Callu, humoriste. Une première pour elle en tant que présentatrice.

Pouvez-vous nous résumer ce que les téléspectateurs vont découvrir dans ce premier épisode ? Et le concept du programme ?

Laure Pester : Dans Brisons le tabou !, je vais à la rencontre de femmes qui me racontent leurs soucis, leurs problèmes, leurs doutes, leurs douleurs, leurs quotidiens et en parallèle je rencontre des professionnels de santé qui m’expliquent les raisons de ces maux, de ces symptômes… Les deux parties amènent des solutions pour les téléspectatrices et téléspectateurs. Ces documentaires se veulent positifs et explicatifs avec des schémas réalistes [il y a des poils, les règles ne sont pas bleues, ndlr] ainsi que des experts du corps médical divers. Dans l’épisode sur le post-partum, j’échange avec une sage-femme, une gynécologue, une ostéopathe, une conseillère en lactation. Ils complètent les témoignages de femmes au centre du programme. Et tout est dit dans le titre : c’est vraiment zéro tabou. On parle sans chichis, par exemple la femme qui raconte ses fuites urinaires dit “je me suis fait pipi dessus”, c’est ça la réalité, oui.

Qu’est-ce qui vous a plu dans le projet ?

L.P : Tout. Le fait que ce soit zéro tabou, d’aller voir des femmes comme du personnel de santé, que ça ne soit pas que négatif et que l’on sente cette sororité.

Dans l’introduction, vous vous présentez en tant que Laure et non Lorie, la nuance était importante ?

L.P : Quand j’allais voir ces femmes, je n’arrivais pas en tant que Lorie la chanteuse, la comédienne ou la personnalité publique mais j’étais la maman d’une petite fille de 2 ans et demi, je suis encore dans le post-partum selon Anna Roy (sage-femme et auteure de Le post-partum dure 3 ans). C’est une discussion entre copines, on parle de ce qui nous arrive, de nos expériences différentes.

Le deuxième épisode abordera les règles…

L.P : Oui, on parlera de l’endométriose, bien sûr. On est allé voir mon équipe à Bordeaux, spécialisée sur le sujet. On traitera aussi de syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), du syndrome pré-menstruel (SPM), de la ménopause… J’ai rencontré aussi Maé-Bérénice Méité, la championne de patinage. J’ai rechaussé les patins pour l’occasion. Elle m’a expliqué comment elle gérait ses cycles avec le sport de haut niveau. Quand elle doit participer aux JO ou à des championnats du monde, elle organise son planning pour perdre les 2 kilos qu’elle prend pendant (et à cause) de ses règles avant une compétition pour être à son poids habituel. Et encore pleins d’autres thèmes qui seront à découvrir.

Mêler discussions avec des professionnels et témoignages, c’est là que réside la force du documentaire ?

L.P : Oui complètement. Je pense que ce qui est important c’est d’avoir les témoignages de ces femmes parce que ce sont nous, au quotidien. Toutes les femmes qui ont accouché ont vécu un post-partum différent. Il y en a pour qui ça se passe très bien, d’autres pour qui ça se passe moins bien voire horriblement mal, mais on l’a toutes vécu. De même que pour les règles et les douleurs qui vont parfois avec. Oui, ce qui fait le charme de ces documentaires c’est d’avoir la parole de ces femmes-là. Il y a beaucoup d’émissions de santé ou de documentaires où on donne la parole aux spécialistes, c’est très bien parce qu’ils nous expliquent plein de choses mais il y a aussi un vécu au quotidien et il n’y a pas mieux que d’aller voir les personnes concernées pour nous le partager.

Cela a été difficile de se confronter à certaines réalités comme la dépression post-partum de Laurie abordée dans le premier épisode ?

L.P : Ça a été coupé au montage, mais j’ai pleuré pendant notre échange. C’est une femme extraordinaire, touchante qui m’a fait rire et pleure. On est devenue amies, depuis. C’est vrai que j’avais entendu parler de la dépression post-partum sans savoir réellement ce que c’était. Je voyais ça comme un baby blues un peu plus intense. Rien à voir, c’est une maladie.

C’est une première en tant que présentatrice, l’exercice vous a plu ?

L.P : J’ai aimé parce que le sujet me touche, si demain on me proposait un projet sur un autre sujet, je ne suis pas sûre de dire oui. J’ai adoré aller voir ces femmes, leur poser des questions parce que j’étais curieuse, j’avais envie d’en savoir plus sur elles.

Prête pour de nouveaux épisodes ? Pour une saison 2 ?

L.P : Carrément ! Parce qu’il y a tellement de sujets à aborder.

Source : RMC Story

Zoé Puyremond
https://twitter.com/zoe_puyremond Zoé Puyremond Rédactrice