Sacha et Pikachu, dans la saison 14 de Pokémon diffusée en France sur M6.
TV

10 dessins animés qui ont marqué les années 1990

Sacha et Pikachu, dans la saison 14 de Pokémon diffusée en France sur M6. © Pokémon / Nintendo / Game Freak / TV Tokyo / ShoPro / Kikaku

Au petit déjeuner ou pendant le goûter, c’était le grand rendez-vous : les dessins animés ! La rédaction vous en présente dix qui ont marqué les années 1990.

Pokémon

On commence bien entendu par le plus grand des classiques, un dessin animé qui a marqué les années 1990, mais aussi les années 2000, 2010 et probablement 2020 et plus encore : Pokémon. Les paroles du générique surgissent déjà dans votre tête. Un jour vous serez le meilleur dresseur, vous vous battrez sans répit, on connaît la rengaine.

Plus de 20 après, Pikachu, Sacha et la Team Rocket sont toujours aussi tendance. Ils n’ont pas pris une seule ride, ils se battent toujours pour la même chose et la Team Rocket finit toujours par s’envoler vers d’autres cieux. La seule différence, c’est que maintenant il n’y a plus 151 Pokémons à attraper mais plus de 800. Ça fait du pain sur la planche.

Hé Arnold

Arnold a beau avoir une tête en forme de ballon de rugby, il n’en demeure pas moins l’un des personnages de dessins animés les plus cool. On se souvient tout particulièrement de l’hilarante Helga Pataki, secrètement amoureuse de notre héros mais qui est absolument horrible avec lui et lui a trouvé un petit sobriquet peu courtois. Mais aussi du meilleur ami d’Arnold, Gérald, qui est sensiblement le fils caché de Marge Simpson !

Batman

Il y a eu plusieurs dizaines de dessins animés centrés autour des super-héros. Mais parmi tous, il y en a un qui a tout particulièrement marqué les esprits : c’est Batman, bien entendu. Alors que l’homme chauve-souris vivait des heures difficiles au cinéma, à la télévision, c’était tout le contraire. Plus jeunes, nous l’adorions et voulions plus que tout être Bruce Wayne quand nous serions grands.

Mais la série animée n’est rien sans son générique complètement épique et génial. On a beau l’avoir vu plusieurs centaines de fois, on ne s’en lasse pas une seconde. Robin, Alfred, le Joker, Batgirl, ils sont tous là. Et pour la petite anecdote, c’est pour ce dessin animé que la mythique Harley Quinn a été créée. Pas dans les comics. Chapeau !

Les Super-Nanas

Du sucre, des épices, des tas de bonnes choses et l’agent chimique X. Apparemment, c’est tout ce qu’il a fallu pour créer trois petites filles dotées de super-pouvoirs extraordinaires. Oui, vous avez compris, nous sommes bien en train de parler de Belle, Bulle, Rebelle, les Super-Nanas. Parce qu’il n’y a pas que les garçons qui ont le droit de sauver le monde !

Les Razmoket

Vous les avez peut-être oubliés, mais il y a pourtant un coin de votre tête qui se souvient de l’intégralité des Razmoket. Vous n’arrivez plus à retrouver les prénoms des bébés ? Et si on vous dit Casse-bonbon, la Binocle, Couette-Couette ou encore les Grumeaux, ça vous dit quelque chose ? On peut même vous rappeler les noms de famille : les Cornichon, les De La Tranche, les Fifrelin, on sent bien que tout ça vous parle. Les Razmoket sont de véritables légendes de la télévision. À tel point qu’ils ont ensuite eu droit à leurs films.

Minus et Cortex

C’est Minus et Cortex. Ou peut-être est-ce Cortex et Minus ? On vous avoue que ce générique nous jette dans la confusion. Une chose est sûre, l’une est pleine d’astuces, l’autre un vrai nimbus. Ce qui ne fait aucun sens, mais passons. Les deux souris n’ont qu’un objectif : conquérir le monde. Le problème, c’est que Cortex est un génie raté qui propose des solutions irrationnelles à des problèmes qui n’existent pas. De son côté, Minus est un idiot raté, plus malin qu’il n’en a l’air et que personne n’écoute. Ça donne ce petit dessin animé fabuleux primé de nombreuses fois aux Emmy Awards.

La Cour de récré

La Cour de récré en a fait rêver plus d’un et plus d’une. La nôtre n’était clairement pas aussi cool. Il n’y avait pas de roi, de trafic, de tentative d’évasion ou de grandes guerres. Juste des enfants qui jouaient au foot. Mais si le dessin animé est si connu, ce n’est pas qu’en raison de ce qu’il faisait miroiter aux plus jeunes. C’est surtout parce qu’elle montre la cour de récréation comme une allégorie de la liberté, comme un moyen de faire grandir sa singularité et de résister au monde des adultes et à ses normes sociales. Vous n’aviez pas vu ça comme ça à l’époque ?

Sakura, chasseuse de cartes

Il y en a qui chassent les fantômes, ce qui n’est pas le cas de Sakura puisqu’elle chasse les cartes. As de pique, dix de trèfle ou dame de coeur ? Pas le moins du monde, ces cartes-là sont dotées de pouvoirs élémentaires. Et c’est en faisant tourner son bâton comme personne qu’elle peut invoquer le pouvoir du vent, du feu ou encore du vol. On ne va pas vous cacher qu’on aurait bien aimé avoir les mêmes pouvoirs qu’elles.

Les Zinzins de l’Espace

Etno, Candy, Bud, Gorgious et Stéréo sont des extra-terrestres complètements déjantés qui sont coincés sur Terre et qui sont confrontés à des locataires dont ils essayent de se débarrasser. Sur le papier, on ne peut pas faire plus absurde comme synopsis. Et pourtant, c’est l’un des meilleurs dessins animés français. Des années après, on ne se lasse pas de continuer de les regarder. Et espère secrètement découvrir un jour une machine à se métamorphoser comme celle des Zinzins de l’Espace !

Les Aventures de Tintin

Tintin n’a pas attendu d’arriver à la télévision pour devenir une légende. Les bandes dessinées lui avaient déjà permis d’être plus que populaire. Mais vous n’allez pas nous faire croire que vous ne l’avez pas découvert dans les dessins animés quand vous étiez plus jeunes ! On ne vous croirait pas de toutes manières. Avec une orchestration à couper le souffle et des doubleurs de talent, Les Aventures de Tintin en a marqué plus d’un et plus d’une dans les années 1990.

Clément Capot
https://twitter.com/Clepotp Par Clément Capot Rédacteur