L'emblématique C-3PO, incarné par Anthony Daniels, dans Star Wars : L'Ascension de Skywalker.
Cinéma

Quels sont les meilleurs droïdes de Star Wars ?

L'emblématique C-3PO, incarné par Anthony Daniels, dans Star Wars : L'Ascension de Skywalker. © 2019 and TM Lucasfilm Ltd. All Rights Reserved.

Le magazine spécialisé Entertainment Weekly a eu la bonne idée de répertorier les meilleurs droïdes de la célèbre franchise Star Wars, qu’ils soient d’assistance ou de combat, du côté clair ou obscure de la Force. De quoi nous donner envie d’établir notre propre sélection, en toute subjectivité.

Dans Star Wars, on ne parle pas de robot ni d’androïde mais de "droïde", dont le terme en anglais pour la petite anecdote est carrément une marque déposée – par nul autre que George Lucas, aussi tôt que 1977. Malin. C’est qu’ils ont toujours été au cœur de l’histoire intergalactique, dès ses débuts avec Un nouvel espoir, et qu’ils restent depuis gravés dans nos mémoires, présentant même de nouveaux modèles au fil des années. Preuve qu’on leur accorde une place de la plus haute importance, dans les films comme dans les produits dérivés, trois des plus célèbres droïdes de la franchise ont foulé la scène des prestigieux Oscars en 2016…

Avec la sortie imminente de l’Épisode IX : L’Ascension de Skywalker, le 18 décembre prochain, rendons-leur hommage, à ces trois-là bien sûr mais aussi à quelques autres droïdes des plus emblématiques, drôles, mignons et parfois terribles de Star Wars. C’est parti !

R2-D2

Sans conteste, le plus malin et brave de tous ! Celui avec qui tout a commencé (enfin presque) dans cette galaxie fort, fort lointaine. C’est R2-D2 qui avait précieusement gardé le message de Leia à destination d’Obi-Wan Kenobi, "vous êtes mon seul espoir", ainsi que les fameux plans de l’Étoile de la mort… Et c’est lui qui tirera, moult et moult fois, nos héros de biens périlleuses situations !

C-3PO

À l’inverse, sans conteste le plus naïf et frileux de tous ! Ce qui n’empêche pas C-3PO d’être toujours de la partie, peu importe les périls, en tant que fidèle ami. Aussi ne se lasse-t-on pas d’entendre râler ce droïde protocolaire, sous lequel se cache l’incroyable Anthony Daniels depuis Un Nouvel espoir jusqu’à L’Ascension de Skywalker, qu'il nous tarde de découvrir en salle le 18 décembre prochain.

BB-8

C’est en quelque sorte le R2-D2 2.0 de la nouvelle trilogie. Sans pour autant faire de l’ombre au personnage historique, BB-8 s’est présenté comme un nouvel ajout de taille à la franchise, avec sa petite forme toute ronde, toute mignonne. Des plus rapides, et lui aussi doté d’un certain sens de l’humour, il assure la relève avec brio !

K-2SO

LE droïde de l’épisode préquel de Star Wars, Rogue One. Conçu originellement pour servir l’Armée impériale, K-2SO a été reprogrammé par l’Alliance rebelle qui en a fait un humanoïde imposant des plus cyniques, pour le plus grand plaisir des spectateurs. C’est surtout un fidèle élément, râleur certes mais essentiel à la mission de Jyn Erso (Felicity Jones)… Eh oui, avant R2-D2, c’est lui qui a aidé à voler les plans de l’Étoile de la Mort !

L3-37

Les fans s’accorderont à dire que c’est sans doute ce qui est ressorti de mieux de l’origin story consacrée au personnage de Harrison Ford, Solo : A Star Wars Story. Doublée qui plus est par l’excellente Phoebe Waller Bridge, L3-37 est une "self-made" droïde, militante et géniale copilote du Faucon Millenium au temps où il appartenait encore à Landon Calrissian.

Pour ceux qui l’aurait loupé, c’est d’ailleurs avec elle, dont la mémoire finira par être intégrée à l’illustre vaisseau, que C-3PO communique dans L’Empire contre-attaque : "Je ne sais pas où votre vaisseau a appris à communiquer, mais elle possède un dialecte des plus étranges."

Les droïdes de combat B1

Des Stormtroopers version robot, produits en grand nombre comme chair à canon, en somme. En tout cas ces droïdes de combat présents dans la prélogie de George Lucas, et surtout dans la série animée dérivée The Clone Wars, ne brillent pas par leurs capacités militaires, tirant des lasers de blasters à tout-va sans trop viser; ni par leur génie… Mais c’est justement leur incompétence, totalement assumée, qui sert d’effet comique infaillible.

#6 / Les Pit droïdes

C’est sur Tatooine, à l’époque de La Menace Fantôme, qu’on a pour la première fois aperçu ces droïdes plutôt mignons mais, encore une fois, pas très futés. Capables de se replier en tout petit format quand ils n’ont pas besoin de se mettre sur leurs deux jambes, ces robots mécanos à la tête en forme de soucoupe s’avèrent plus ou moins utiles pour réparer les modules de course.

IG-11

À ceux qui n’auraient pas encore eu l’occasion de regarder The Mandalorian, et qui redoutent de se faire spoiler le moindre détail, fermez tout de suite les yeux et scrollez au droïde suivant ! On parle-là d’un robot chasseur de prime, compagnon du héros de la nouvelle série inspirée de l’univers Star Wars, que l’on retrouve notamment dans une scène de fusillade mémorable. Vous pensez l’avoir déjà vu quelque part ? C’est normal, cet IG-11 est calqué sur le fameux IG-88, qui avait croisé la route de Boba Fett dans la trilogie originale…

Le droïde d'interrogation IT-O

On ne le voit pas beaucoup à l’écran, mais sa présence dans le tout premier volet de la franchise, Un nouvel espoir, est encore bien gravée dans nos mémoires. Et pour cause : cette grosse boule de robot flottant, ramenée par Dark Vador pour faire parler la princesse Leia, était des plus effroyables avec sa grosse seringue et ses autres outils de torture menaçants !

R5-D4

Quelle histoire ça aurait été, si Luke Skywalker et son oncle Owen étaient rentrés chez eux avec R5-D4 comme droïde astromécano… Aussi faut-il bien saluer ce dernier, car c’est grâce à son dysfonctionnement prématuré, et sur conseil du décidément très serviable C-3PO, que les fermiers de Tatooine ont fini par embarquer R2-D2 à la place. Le début d’une grande et belle aventure pour le Jedi en devenir et nos irréductibles droïdes !

Source : Entertainment Weekly

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur