Dans La Casa de Papel, Rio et Tokyo ont braqué le cœur des abonnés Netflix
Séries

La Casa de Papel : retour sur les moments forts des deux premières parties

Dans La Casa de Papel, Rio et Tokyo ont braqué le cœur des abonnés Netflix © Netflix

Succès inattendu et incroyable sur la plateforme Netflix, La Casa de Papel est devenue la série espagnole la plus populaire de tous les temps, faisant même oublier Un, Dos, Tres. Riche en rebondissements, le show a offert de nombreux moments devenus cultes, sur lesquels il fallait revenir, histoire de s’ambiancer avant la troisième partie.

Cuando l’inspectrice Raquel Murillo rencontre un mystérieux inconnu…

Dans le troisième épisode, l’inspectrice en charge de la prise d’otages s’accorde l’une de ses nombreuses pauses au bar du coin. Bon, d’un côté, on la comprend, ça doit être stressant, une prise d’otages. Mais de là à se poser toutes les deux heures pour boire un coup et manger un jambon-beurre… Enfin bref. Alors qu’elle veut appeler son chef pour démissionner, elle se retrouve sans batterie. C’est là qu’intervient un bel inconnu, barbu, à lunettes, l’air aimable, qui la dépanne et lui fait la conversation. Mais les spectateurs n’en reviennent pas : il s’agit d’El Profesor lui-même, qui dans son plan a aussi prévu d’infiltrer la police, en donnant de sa personne. Un jeu dangereux qui alimente encore davantage le suspense de la série et un sacré coup de théâtre !

Cuando Nairobi prend le pouvoir

Berlin, leader charismatique mais un peu névrosé, commence à péter les plombs pendant la prise d’otage au sein de la Fabrique nationale de monnaie et de timbre. Après qu’il ait balancé Tokyo dehors et menacé de tuer Rio, même El Profesor en a marre de lui, mais ne peut rien faire au téléphone. Alors Nairobi décide de prendre les choses en main, en assommant Berlin, puis déclarant face caméra “que l’ère du matriarcat commence.” Comment on dit “frissons” en espagnol ?

Cuando Moscou passe l’arme à gauche

Le père de Denver est sans doute le personnage le plus sympathique de l’équipe de bracasseurs (mi braqueurs, mi bras cassés) de La Casa de Papel. Suite au retour de Tokyo (décidément toujours dans les mauvais coups) dans la Fabrique, il se fait tirer dessus par la police et finira par succomber à ses blessures, dans une des scènes les plus larmoyantes de la série.

Cuando Denver fait une danse de la séduction muy caliente

Avant de pleurer son père Moscou, Denver passait plutôt du bon temps dans la Fabrique. Sachant qu’il ne pouvait pas non plus tout miser sur son drôle de rire un peu gênant, il a improvisé une petite danse sur un air rock’n’roll pour séduire Monica. Et ça fonctionne très bien :

Cuando El Profesor et Berlin chantent Bella Ciao

C’est LA chanson emblématique de La Casa de Papel. Un hymne révolutionnaire italien qu’on entend maintenant dans toutes les stations balnéaires depuis le succès de la série. Et pour cause : le rythme et la mélodie sont ultra efficaces. La chanson reste direct en tête, surtout quand on l’a entendue pour la première fois dans une scène aussi épique que ce duo entre les deux frères Berlin et El Profesor :

Cuando Berlin se fait tuer… ou pas

L’une des images les plus fortes des deux premières saison de La Casa de Papel est une nouvelle mort de l’un des bracasseurs et pas n’importe qui : Berlin. Le leader du groupe, qui a un peu fait n’importe quoi pendant pas mal d’épisodes et dont on apprend qu’il est en fait le demi-frère d’El Profesor, fait acte de rédemption dans une dernière scène où il se sacrifie pour permettre à ses alliés de s’échapper. La fusillade qui suit ne semble pas laisser place au doute : il s’est pris plusieurs balles, il y a du sang… Sauf quand dans la bande-annonce de la saison 3, devinez qui revient ? Ce bon vieux Berlin ! Alors, flashback ou pirouette scénaristique ?

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur