SFR Actus
International

Power Up : que vaut le nouvel album d'AC/DC ?

Capture du clip "Shot in the Dark", premier extrait de l'album "Power Up" d'AC/DC. © YouTube - AC/DC

On ne va pas passer par quatre chemins : c'est du lourd, très lourd. Une masterclass de bon vieux hard rock, des titres à dimension de tubes, une énergie électrisante de bout en bout. À écouter, et réécouter, dès à présent sur les plateformes.

Comme quoi, il n'y aura pas eu que des mauvaises nouvelles en 2020. Alors que le monde se languit de retrouver une vie "normale", c'est sur la scène musicale, notamment, qu'on nous offre quelques rayons de soleil bienvenus.

Après Bruce Springsteen, qui vient (encore) de faire sensation, accompagné de son fameux E Street Band, avec Letter to You, voilà qu'une autre légende du rock a fait son retour dans les bacs ce vendredi 13 novembre 2020. Un retour d'autant plus attendu, inespéré même, puisqu'il s'agit de celui d'AC/DC.

Eh oui, il y a encore peu on aurait qualifié la mission d'impossible, mais le mythique groupe de hard rock s'est bel et bien de nouveau réuni, au plus complet qu'il se peut, pour nous concocter un nouvel opus, le 17ème de sa discographie. Autour d'Angus Young, guitariste emblématique et dernier membre originel restant de la formation, on retrouve ainsi non seulement le chanteur Brian Johnson, qui a miraculeusement (ou presque) retrouvé son ouïe, mais aussi le bassiste Cliff Williams, sorti de sa retraite pour l'occasion, ainsi que le batteur Phil Rudd, déterminé semble-t-il à mettre ses soucis judiciaires derrière lui. Oui, on peut parler d'exploit. Et ce qui le rend d'autant plus extraordinaire, alors qu'à ces quatre piliers historiques s'ajoute une nouvelle fois Stevie Young, le neveu des frères fondateurs à la guitare lui aussi, c'est qu'AC/DC marque ainsi non seulement son grand retour, mais un retour au sommet de sa forme.

Difficile de croire qu'on a affaire à des sexta-voire septua-génaires quand on lance Power Up, ce nouvel album, paru six ans après le dernier Rock or Bust et disponible dès à présent sur les plateformes de streaming musicales telles que Napster et Deezer. Dédié à Malcom Young, décédé en 2017, il annonce la couleur dès les premières notes de la première piste, Realize.

Un gros riff de guitare qui retentit, le cri de Brian Johnson qui sonne comme un écho au loin, une douce introduction avant d'envoyer la sauce. En à peine 15 secondes, ce premier morceau nous fait déjà taper du pied et hocher la tête de haut en bas, en rythme avec la musique énergisante, léchée, qui sonne déjà comme un classique. Avec ses petits airs à la Thunderstruck, même, Realize envoie du pâté d'entrée de jeu. Mission réussie : il n'en fallait pas plus pour nous "remettre sous tension".

AC/DC fait du AC/DC, et c'est ça qui est bon

Bien déterminé à nous sortir de cet état léthargique dans lequel nous a plongé le confinement, AC/DC enchaîne les gros sons sur les 12 pistes de Power Up. Des morceaux brefs, c'est peu dire (3 minutes 30 en moyenne, pour un total de moins de 40 minutes…), mais efficaces. Fidèle à lui même, le groupe légendaire sort ses bonnes vieilles recettes pour nous offrir des riffs et des refrains accrocheurs, en particulier sur les trois premières pistes qui donnent à peine le temps de reprendre son souffle, ce Realize s'enchaînant à la perfection avec Rejection, puis Shot in the Dark, qui avait été dévoilé comme premier single le mois dernier. Une dizaine de minutes d'enchantement, du pur hard rock comme AC/DC sait si bien le faire. Arrivés à la piste suivante, la plus douce et mélancolique Through The Mists of Time, on en deviendrait presque nostalgique… Avant de se rassurer du fait que ce sont bien des inédits qu'on est en train d'écouter, d'un groupe semble-t-il immortel, intemporel en tout cas, définitivement capable de réunir deux, voire trois générations autour des baffles. C'est pas rien, quand même.

On voit déjà les bras (de tous âges donc) se lever sur Kick You When You're Down, les serre-têtes en cornes de diable s'allumer sur Demon Fire, les corps sautiller sur Wild Reputation, les têtes valser sur Code Red (qui semble quant à lui quelque peu inspiré de Back in Black…), ou encore la foule chanter en cœur sur le refrain de Money Shot. Entre autres. C'est pour vous donner une idée. Tout est bon à prendre dans ce Power Up, et on imagine si bien Brian Johnson se faire un plaisir d'haranguer les marées humaines, tandis qu'Angus Young se la joue toujours aussi cool, à faire son mythique Duck Walk dans son costume d'écolier, sur n'importe laquelle de ces chansons. Maintenant, il n'y a plus qu'à croiser très fort les doigts et espérer que la situation sanitaire s'améliore en 2021, pour que notre vision prémonitoire puisse effectivement se réaliser… Car encore plus jouissif que d'écouter ces inédits d'AC/DC à fond les ballons sur la sono, ce serait de les revoir remettre le feu dans les stades. Ce nouvel album, en tout cas, est définitivement taillé pour.

En attendant, retrouvez dès à présent Power Up, en écoute sur les plateformes de streaming musicales telles que Napster ou Deezer, accessibles en illimité via des options proposées avec le forfait SFR.

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur