SFR Actus
Football

PSG - Bayern Munich : l'année ou jamais ?

Kimpembe en action lors de PSG - RB Leipzig, le 18 août 2020 à Lisbonne © MANU FERNANDEZ / POOL / AFP

Normalement, c'est le match le plus attendu de l'année. Mais pour les supporters du PSG, c'est la rencontre espérée depuis 50 ans. Pour fêter son demi-siècle, le club de la capitale dispute sa toute première finale de Ligue des Champions, face au redoutable Bayern Munich. Après tant de drames dans la compétition, tous les espoirs sont enfin permis...

"C'est l'année ou jamais !". Voici la phrase que tous les supporters du PSG ou commentateurs sportifs français ont prononcé au moins une fois depuis 5-6 ans, pour parler d'une victoire en Ligue des Champions, alors que le club parisien, à force de transferts juteux, montait en puissance sur la scène européenne.

Mais à chaque fois, d'incroyables drames sont venus se mettre en travers de leur chemin. Des éliminations évitables, mais pas catastrophiques, contre Manchester City, le Real Madrid ou le FC Barcelone, mais surtout ces fameuses remontadas, dont celle, si cruelle, à Barcelone. Ce fameux 6-1, en 2017, qui aujourd'hui encore, peut faire trembler les lèvres de chaque supporter parisien qui y repense. Juste après cette débâcle historique, le PSG avait sorti le grand jeu. Ou plutôt, le grand carnet de chèques, histoire de faire venir Neymar et Mbappé, le même été, pour plus de 400 millions d'euros au total. Mais en 2018 et 2019, le PSG perd encore en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, avec même une nouvelle remontada subie à domicile, par l'équipe B (voire C) de Manchester United, qui vient s'imposer 3-1 au Parc des Princes, alors que les Parisiens l'avaient emporté 2-0 à Old Trafford. On commence alors à parler d'un "plafond de verre"...

En 2020, ce plafond de verre a enfin été brisé par les crampons de Neymar, Mbappé, Di María et leurs coéquipiers. Et cette année semble vraiment être la bonne. Après être sorti premier d'un groupe qui comprenait, rappelons-le, également le Real Madrid, le PSG s'est fait violence pour sortir le Borussia Dortmund en huitièmes de finale (défaite 2-1 en Allemagne, puis 2-0 à huis clos au Parc des Princes). Entretemps, la pandémie de Coronavirus s'était répandue dans toute l'Europe, et le football était mis en pause. Ou même à l'arrêt total, dans le cas de la Ligue 1. Ainsi Paris (et Lyon, rappelons-le) se sont retrouvés sans compétition pendant presque 4 mois, avant le retour de la Ligue des Champions, sur terrain neutre, à Lisbonne, sans public, avec des matches à élimination directe et 5 changements autorisés.

Le Final 8, une formule parfaite pour le PSG ?

Dès lors, on parle d'une Ligue des Champions au rabais, ressemblant davantage à un tournoi amical de pré-saison. Peut-être. Mais la coupe aux grandes oreilles est tout de même au bout, et le PSG est placé dans une situation idéale. Le club affronte en quarts de finale l'Atalanta Bergame (victoire 2-1), puis en demis le RB Leipzig (victoire 3-0). Deux clubs invités surprises, aux effectifs forcément plus limités (les deux clubs ont entretemps perdu leurs buteurs vedettes, Ilicic et Werner), et en bien moins bonne condition physique, comme on a pu le voir durant les fins de rencontres. Paris a donc tous les avantages, malgré quelques blessures (Verratti, Navas...), et surtout celui de ne pas avoir de match retour, et éviter ainsi toute pression psychologique quant à une éventuelle remontada...

Le Bayern Munich, dernier obstacle sur la route du PSG

Alors même que le club fête ses 50 ans cette année, il se retrouve donc pour la première fois de son histoire en Ligue des Champions. En face, le Bayern Munich, qui présente un peu le même profil : écrasant son championnat domestique, mais plus à la peine en Europe ces derniers temps (pas de C1 pour le Bayern depuis 2013). Et qui s'est également mis en mode "c'est l'année ou jamais". Les coéquipiers de Coman, Pavard, Hernandez et Tolisso ont en effet gagné leurs 10 rencontres de Ligue des Champions, en inscrivant 42 buts. Avec notamment un incroyable 8-2 contre le FC Barcelone, et un Robert Lewandoski en feu. Il en est à 15 buts et 5 passes décisives en 9 rencontres dans la compétition, mais est loin d'être la seule menace offensive du Bayern Munich. L'Olympique Lyonnais peut en témoigner, après le doublé de Serge Gnabry en demi-finale (victoire 3-0 du Bayern).

Ce soir, le PSG a donc rendez-vous avec son histoire (et le Bayern Munich), car oui, décidément, 2020 a vraiment tout de la fameuse "année ou jamais"...

Suivez la finale PSG - Bayern Munich ce dimanche 23 août à 21h00, ainsi que la prochaine Ligue des Champions, sur RMC Sport, disponible depuis la box SFR.

Sources : RMC Sport, Transfermarkt

Sébastien Delecroix
Sébastien Delecroix Rédacteur