Votre panier est vide
Sport

Nadal : les chiffres derrière son record

Rafael Nadal lors de sa finale contre Daniil Medvedev à l'Open d'Australie, à Melbourne, le 30 janvier 2022. © SUSA / Icon Sport

Il l’a fait. Alors même qu’on ne l’attendait pas forcément sur ce rendez-vous, le Majorquin a remporté ce dimanche l’Open d’Australie et s’est octroyé, au passage, le record absolu du nombre de titres obtenus en Grand Chelem, qu’il codétenait jusqu’à présent avec Roger Federer et Novak Djokovic. Voici quelques chiffres pour mesurer l’envergure de son exploit.

C’est au terme d’un duel monumental face à Daniil Medvedev, qui n’a pas démérité, que Rafael Nadal a (encore un peu plus) écrit sa légende. Ce dimanche 30 janvier 2022, le joueur espagnol a ajouté une nouvelle victoire à son compteur en remportant l’Open d’Australie, dépassant ainsi ses grands rivaux, Roger Federer et Novak Djokovic, avec qui il forme depuis plus d’une décennie le fameux Big Three du tennis.

21 : le nombre de titres en Grand Chelem

On le sait depuis plusieurs années maintenant : c’est une ère exceptionnelle à laquelle on a la chance d’assister sur les courts. Les trois joueurs, tout autant monstrueux les uns que les autres, ont depuis longtemps marqué l’histoire en explosant tous les records de leurs aïeux. De toute évidence transcendés par leur rivalité, Rafael Nadal, Roger Federer et Novak Djokovic codétenaient notamment ensemble celui du nombre de Grands Chelems remportés, avec un total de 20 chacun – rappelons qu’avant eux, c’était Pete Sampras le recordman, avec "seulement" 14 Grands Chelems à son compteur. Et ce n’était qu’une question de temps avant que l’un d’eux finisse par se démarquer…

Or, alors que le Suisse semble à 40 ans avoir quitté la course, on aurait plus misé sur le Serbe, actuel numéro 1 mondial, pour aller prendre les devants en ce début d’année 2022. Sauf que les choix, ô combien controversés de ce dernier, ont fait qu’il n’a même pas pu participer à la 110e édition de l’Open d’Australie, son tournoi préféré. On ne saura jamais si, s’il avait été vacciné et présent dans la Rod Laver Arena, il aurait pu le remporter une 10e fois. C’est au lieu de cela, non sans surprise il faut dire, celui que l’on surnomme le Taureau de Manacor qui est allé décrocher le titre à Melbourne ce dimanche. Pour ainsi régner seul désormais, avec un record absolu de 21 Grands Chelems à son palmarès.

5h24 : la durée d’une finale monumentale

C’est peu dire que ce record, Rafael Nadal est allé le chercher. Il lui aura fallu batailler pendant pas moins de 5h24, face à un Daniil Medvedev qui ne lâchait rien pour remporter cette finale à l’Open d’Australie. Plus que cela même, le Majorquin a réalisé une remontada hallucinante, alors qu’il était très mal embarqué. Il s’est tout de même retrouvé avec les deux premiers sets perdus (2-6, 6-7), mené 2-3 et même 0-40 à un moment donné au troisième set, avant d’opérer un déclic et reprendre du poil de la bête. Et après avoir remporté donc le troisième, puis le quatrième sets (6-4, 6-4), Nadal a encore dû puiser dans on ne sait quelle énergie pour en finir avec le jeune Russe – dont on sait maintenant qu’il assurera la relève, avec bien d’autres Grands Chelems à aller chercher. C’est finalement à l’issue d’un cinquième set, gagné littéralement à la sueur du front, 7-5, que l’Espagnol, absolument stratosphérique, a pu lever les bras au ciel, les poings fermés du conquérant, et crier sa joie. Lui et son adversaire nous ont offert un grand match. Un match pour l’histoire.

5 : sa place au classement ATP

Pourtant, Rafael Nadal n’était pas particulièrement attendu au tournant. Même lorsque cet Open d’Australie a commencé sans le numéro 1 mondial, on n’aurait pas misé sur lui pour aller décrocher le titre. Pour cause, le Majorquin revient d’une année 2021 difficile, marquée justement par sa défaite face à Novak Djokovic en demi-finale de Roland-Garros, son tournoi à lui. Il s’était depuis fait extrêmement rare sur les courts, souffrant d’une douleur au pied qu’il a dû traiter en septembre. Il y a tout juste quelques mois de cela, Rafa était encore en béquilles. Alors qu’il était ainsi descendu à la 5e place du classement ATP, derrière le Serbe et le nouveau trio de choc de la Next Gen (Daniil Medvedev, 2e, Alexander Zverev, 3e, et Stefanos Tsitsipas, 4e), rien ne présageait qu’il serait capable ne serait-ce que d’arriver jusqu’en finale. C’est donc un come-back monumental que Nadal vient d’opérer. De quoi rendre l’exploit encore plus impressionnant.

35 : l’âge mûr

Ce qui est aussi fou dans cette performance, c’est que pas moins de 10 ans séparent Rafael Nadal et Daniil Medvedev. L’aîné, à 35 ans, est carrément devenu le troisième joueur le plus âgé de l’histoire du tennis à s’offrir un Grand Chelem, derrière l’Australien Ken Rosewall (vainqueur lui aussi de l’Open d’Australie, à 37 ans, en 1972) et bien évidemment Roger Federer (qui avait également gagné l’Open d’Australie, à 36 ans, en 2018). Pour la petite information, avec ce match disputé dimanche, le Majorquin est par ailleurs devenu le cinquième joueur âgé de plus de 35 ans à disputer une finale de Grand Chelem. Dans ce cercle très fermé, on retrouve encore Ken Rosewall et Roger Federer forcément, mais aussi Mal Anderson (finaliste de l’Open d’Australie, à 37 ans, en 1972) et Andre Agassi (qui a disputé sa dernière finale de Grand Chelem à l’US Open, à 35 ans, en 2005).

2 : son nombre de titres à l’Open d’Australie

Puis ce qui est d’autant plus incroyable – au sens propre du terme – dans cette victoire ô combien symbolique, c’est de l’avoir arrachée sur ce tournoi-là. Car comme on l’a dit, l’Open d’Australie, c’est celui de Djokovic. Nadal, lui, on le sait, préfère la terre battue de Roland-Garros - rappelons en effet qu’il a remporté 13 de ses 21 Grands Chelems à Paris… De fait, c’est seulement la deuxième fois de sa carrière qu’il décroche le titre à Melbourne. La première, c’était en 2009 contre Federer. S’il avait ensuite réussi à atteindre quatre autres fois la finale, il avait été cette fois défait par le Suisse en 2017, avant cela par son compatriote Stan Wawrinka en 2014, et deux fois par le Serbe, en 2012 et 2019. Alors qu’il s’est ainsi passé pas moins de 12 ans entre ses deux titres à l’Open d’Australie, notons par ailleurs que l’Espagnol vient de réaliser un autre bel exploit au passage : avoir remporté tous les Grands Chelems au moins deux fois. Il devient ainsi le deuxième joueur de l’ère Open à avoir réussi cette prouesse, sachant que c’est un certain Novak Djokovic qui l’avait fait avant lui…

1 : restera-t-il l'unique détenteur de ce nouveau record ?

Maintenant, la question, c’est est-ce que Rafael Nadal restera longtemps seul sur la plus grande marche du plus haut podium du tennis ? Sachant qu’on ne s’attendait pas, quand 2022 a commencé, que ce soit lui qui la grimpe... Que l’actuel numéro 1 mondial, après avoir presque réussi le Golden Slam l’an passé, en a encore largement dans le ventre lui aussi pour le rejoindre, voire même battre son record... Que le Serbe sera toutefois peut-être absent encore des autres Grands Chelems cette année, s’il refuse toujours de se faire vacciner… Et que le prochain rendez-vous, après tout, ce n’est autre que Roland-Garros… Le suspense reste donc total. De quoi rendre cette saison tennistique encore fort intéressante.

Rendez-vous en mai prochain sur Amazon Prime Video, qui diffuse pour rappel en exclusivité les sessions de soirée du tournoi de Roland-Garros. La plateforme de streaming étant disponible en option chez SFR, à partir de seulement 5,99 euros par mois (sans engagement).

Sources : Franceinfo, L’Équipe

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédactrice