Votre panier est vide
France

L'Héritage Goldman - Michael Jones : "La reprise des World's Apart, c'était très mauvais"

Michael Jones (à droite) et Erick Benzi lors du tournage du clip de Je Te Donne pour L'Héritage Goldman © Pias France

À l'occasion de la sortie du volume 1 de L'Héritage Goldman, compilation revisitant les chansons de Jean-Jacques Goldman, nous avons pu nous entretenir avec Michael Jones, complice historique du chanteur préféré des Français. Il nous livre une nouvelle version de Je te Donne, en compagnie de Tomislav Matosin et du Chœur Gospel de Paris.

Il ne pouvait pas ne pas être là. Complice historique de Jean-Jacques Goldman, avec qui il a même formé le fameux trio Fredericks Goldman Jones (qui a sorti deux albums et beaucoup de tubes, dont À Nos Actes Manqués), Michael Jones a tout naturellement été sollicité par Erick Benzi, producteur et arrangeur de L'Héritage Goldman, quand il a fallu imaginer une nouvelle version de Je Te Donne, le super-tube qu'il a co-écrit avec Jean-Jacques Goldman en 1985. "Il fallait un anglophone, et je suis le seul sur le disque, à part Marina Kaye", nous explique Michael Jones. 37 ans plus tard, le morceau s'offre donc une nouvelle vie, et un nouveau duo pour le musicien franco-gallois, avec Tomislav Matosin. Et le Chœur Gospel de Paris, évidemment, qui renforce incroyablement le refrain avec ses harmonies vocales, comme sur tout l'album : "C'est excellent, parce que c'est différent", avoue Michael Jones. Car visiblement, il préfère cette nouvelle version à celle des World's Apart, le boys band anglais qui avait repris Je te Donne en 1996...

La reprise des World's Apart, c'était très mauvais. Je ne comprenais pas ce qu'ils chantaient en français. Et eux non plus. Ça me faisait le même effet que les groupes français qui essaient de chanter en anglais. Et ça me gênait terriblement, parce qu'on sentait bien qu'ils ne comprenaient pas ce qu'ils chantaient..."

Michael Jones n'a donc pas gardé un très bon souvenir de cette version de Je te Donne par les World's Apart. "Ils avaient ajouté une instru disco, c'était affreux", précise-t-il. Mais comme nous vous parlons d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, comme dirait Charles, un petit flashback est peut-être nécessaire :

Je te donne une nouvelle version de Je te Donne

Voilà voilà. Effectivement, il s'agit d'une version bien différente de l'orginale, et de la nouvelle, présente sur L'Héritage Goldman, volume 1. Même si ce nouvel enregistrement a réservé une petite surprise à Michael Jones : "Il a fallu changer la tonalité du morceau, un ton plus bas, pour que cela corresponde à la voix de Tomislav Matosin. J'ai donc dû m'adapter, mais c'était une bonne expérience". Une session d'enregistrement qui s'est d'ailleurs faite en plusieurs temps : "J'ai enregistré ma partie pendant le confinement, dans le studio que j'ai chez moi. J'ai donc découvert la version finale, avec les chœurs gospel quand Erick me l'a envoyée". Et si le résultat a visiblement plu au co-auteur de Je te Donne, il ne se préoccupe pas plus que cela de connaître l'avis de Jean-Jacques Goldman sur cette nouvelle version : "Je ne lui ai pas demandé ce qu'il en pensait, parce que je connaissais très bien la réponse : faites ce que vous voulez"".

Alors qu'un volume 2 est prévu pour L'Héritage Goldman, il faut s'attendre à voir Michael Jones y faire une nouvelle apparition, et ce pour deux raisons. D'abord, comme il l'explique : "Il y aura une tournée en 2023, alors pour faire tenir tout le monde sur scène, ça devrait être les mêmes artistes sur le volume 2. Sinon c'est un train qu'il va falloir utiliser pour les déplacements entre les dates (rires)".

L'autre raison, plus musicale que logistique, tient à l'ambiance musicale prévue pour ce futur disque, annoncé pour novembre 2022 : il aura des influences celtiques. "Lilian Renaud et moi sommes les deux qui savons jouer la guitare, mais aussi des instruments celtiques, comme du banjo ou du bouzouki". Alors si on lui demande quel titre il aimerait revisiter en mode celtique pour le prochain volume, il n'hésite pas : "Une chanson de Fredericks Goldman Jones, ça serait bien". Mais si on lui suggère Né en 17 à Leidenstadt, il hésite un peu plus : "Je ne vois pas trop comment faire avec le rythme pour les arrangements celtiques, ou alors peut-être en ballade, avec de la flûte irlandaise...". Et justement...

Quelques heures plus tard notre entretien téléphone avec Michael Jones, c'est avec Erick Benzi que nous avons pu nous entretenir. Et au moment de parler de ce volume 2, il a justement avoué être en train de travailler sur Né en 17 à Leidenstadt : "C'est ça, avec de la flûte irlandaise ! Et ça rend super bien, avec un changement de rythme qui donne une nouvelle dimension au morceau". A priori, on sait donc sur quel titre on retrouvera Michael Jones dans quelques mois, tout simplement l'un des plus émouvants du répertoire de Jean-Jacques Goldman. Et heureusement, aucun boys band n'a jamais essayé de le reprendre, celui-ci...

Retrouvez L'Héritage Goldman, Volume 1 sur Deezer et Napster, les plateformes de streaming disponibles en option chez SFR.

Propos recueillis par Sébastien Delecroix pour SFR Actus.

Sébastien Delecroix
Sébastien Delecroix Rédacteur