Pour éviter les arnaques par mail ou les virus, certains réflexes sont nécessaires avant d’ouvrir ses courriers électroniques.
Internet

5 réflexes à avoir avant d’ouvrir un mail

Pour éviter les arnaques par mail ou les virus, certains réflexes sont nécessaires avant d’ouvrir ses courriers électroniques. © SFIO CRACHO / Adobe Stock

Si les mails sont un excellent moyen de communication, il faut tout de même être prudent pour éviter de recevoir un virus. Voici 5 réflexes à avoir avant d’en ouvrir un.

Une offre alléchante, une demande de modification de mot de passe, un message d’un destinataire inconnu… Parmi les courriels que vous recevez au quotidien, se cachent malheureusement des arnaques. Elles ont généralement pour objectif de vous transmettre un virus ou de vous voler certaines de vos informations personnelles. Avec ces cinq réflexes à adopter avant l’ouverture de chacun de vos mails, vous ne vous ferez plus avoir !

Vérifiez minutieusement l’adresse de l’expéditeur

Il s’agit du premier élément à vérifier : qui vous envoie ce mail ? Car il faut faire un premier rapprochement entre le nom de l’expéditeur et son adresse. Il est en effet possible qu’un individu utilise un nom qui vous mette en confiance et que vous connaissez, comme par exemple, “EDF”. Pour vous, c’est sûr, c’est un message qui vous provient de votre fournisseur d’électricité, il n’y a donc pas de raison de douter de son contenu.

Coup de théâtre, en vérifiant l’adresse exacte de votre expéditeur, vous découvrez que ce mail vous a en réalité été envoyé par une toute autre adresse que vous en connaissez pas. Il est important de noter que si une adresse mail est unique, n’importe qui peut décider de porter le nom qu’il désire. Vous pouvez très bien décider demain de vous faire appeler “EDF” sur les mails que vous envoyez. Mais votre adresse sera toujours “nom.prenom@sfr.fr” (ceci est aussi un exemple, votre mail peut aussi être licornedu75@sfr.fr).

Si vous avez un quelconque doute sur la nature de votre expéditeur, comparez son adresse avec une autre, qui vous aurait un jour envoyé un mail officiel. Les arnaqueurs redoublent toujours d’inventivité pour vous faire croire qu’ils représentent un organisme officiel.

Analysez l’orthographe et la grammaire

La deuxième donnée à analyser, c’est le corps même du mail. Les organismes officiels sont généralement très attentifs sur l’orthographe, la grammaire et la syntaxe des messages envoyés. En revanche, pour une raison qui demeure encore complètement mystérieuse, les arnaqueurs sont extrêmement doués en informatique, mais ne maîtrisent pas les bases de la langue française. Si vous repérez plusieurs fautes qui vont bien au-delà de la simple erreur d'inattention, c’est probablement que quelqu’un essaye de vous berner.

Ne jamais fournir d’informations confidentielles

Votre banque vous contacte après une malencontreuse erreur de votre conseiller : il a accidentellement jeté votre dossier. Il a donc perdu votre numéro de compte, votre mot de passe et votre code de carte bleue. Il vous serait donc plus que reconnaissant de lui transmettre ces informations. Un seul mot : arnaque.

Aucune entreprise ne vous demandera de transmettre vos informations confidentielles par mail. Qu’il s’agisse de votre code de carte bleue, de votre mot de passe Netflix ou de la réponse à votre question secrète sur Facebook. Si d’aventure, de telles données devaient leur être transmises, cela se ferait directement sur le site concerné, de manière cryptée, mais sûrement pas par mail. Une seule règle d’or, donc, ne transmettez jamais aucune de vos informations personnelles dans un courrier électronique, à qui que ce soit.

Bien vérifier les liens hypertexte

Un lien hypertexte peut en cacher un autre ! Un arnaqueur a jusqu’ici réussi à déjouer votre attention sur tous les points précédents. Il vous invite à modifier votre mot de passe ou à recevoir votre récompense en cliquant sur un lien. Celui-ci a l’air sûr, du moins, sur le papier. Vous êtes à deux doigts de cliquer dessus et de mordre à l’hameçon et de vous retrouver sur un faux site.

Avant de cliquer, vérifiez son URL - sans cliquer dessus. Pour ce faire, placez simplement votre souris par-dessus, sans appuyer sur aucun bouton. La véritable URL va alors s’afficher. À vous de juger si elle est authentique et véritable ou si elle n’a rien à voir avec ce pour quoi vous alliez cliquer.

Attention toutefois. Il arrive parfois que certains arnaqueurs réussissent à créer un site qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui pour lequel ils essayent de se faire passer. Seule chose qu’ils ne peuvent pas recopier à l’identique : l’URL du site. Vérifiez que l’identifiant qui s’affiche après “www.” est correct et qu’elle se termine bien par “.fr” ou .com”. Il peut arriver que quelqu’un essaye de se faire passer, par exemple, pour SFR avec une URL comme suit : “www.sfr.io” ou “www.s-f-r.fr”. Il n’en existe pourtant qu’une seule : www.sfr.fr.

Gare aux pièces jointes !

Dernier élément à prendre en compte avant de pouvoir ouvrir des mails en toute sécurité : les fichiers attachés en pièce jointe ! Ils peuvent représenter l’un des plus grands dangers pour votre ordinateur. Si par malheur vous en téléchargez une malveillante, c’est le virus assuré. La première règle est, bien évidemment, de ne jamais télécharger une pièce jointe d’un expéditeur dont vous n’avez pas la certitude qu’il est fiable. Au moindre doute : n’ouvrez pas la pièce jointe, un point c’est tout.

La deuxième et dernière règle pour vous garantir la plus grande sécurité : même si vous téléchargez un fichier provenant d’une source fiable, d’un proche, d’une personne que vous connaissez, assurez-vous, avant de la télécharger, que votre antivirus est à jour et pleinement opérationnel. Il peut parfois arriver que l’un de vos amis ait été infecté par un virus et qu’il se propage jusqu’à vous sans qu’il en soit conscient. Donc dans le doute, on garde toutes ses lignes de défense en route.

Vous avez désormais toutes les clés en mains pour résister aux multiples arnaques et virus qui circulent sur la toile. Plus personne ne se moquera de vous ou tentera de vous berner. L’inexpérience est souvent ce qui fait de vous une cible pour les escrocs. Désormais, vous voilà informés !

Clément Capot
https://twitter.com/Clepotp Par Clément Capot Rédacteur