Un catcheur qui en attrape un autre par le cou, c’est du flan ou pas $1
Insolite

Le catch, c’est du flan ou pas ?

Un catcheur qui en attrape un autre par le cou, c’est du flan ou pas $1 © Catch Raw Prime / David Gunn

Acteurs ou vrais sportifs ? On vous explique si tout est réel dans le catch ou si c’est du flan et que tout est prévu à l’avance !

C’est un fait qu’on n’avait jamais vraiment réussi à élucider jusqu’ici. Il paraît que le catch, c’est du flan, que tout est faux, que les sportifs ne se battent pas vraiment. D’un autre côté, lorsqu’on assiste à leurs performances, tout a l’air réel. On ne saurait douter une seule seconde que les coups qu’ils se donnent sont simulés, que les prises sont artificielles. Une bonne fois pour toutes, il faut dissiper cette grande confusion.

Le catch : sport ou spectacle ?

C’est la grande question qui se pose : le catch est-il un véritable sport avec des enjeux et de vraies victoires, ou est-ce simplement un spectacle bien scénarisé ? On ne va pas faire monter la mayonnaise plus longtemps et couper court à ce suspens insoutenable : oui, le catch, c’est du flan. Si jusqu’ici vous y avez cru, alors vous vous êtes fait avoir par une mécanique bien huilée. Chaque coup est simulé, chorégraphié et le vainqueur d’un match est déterminé à l’avance.

Tout part, dans le milieu, de ce qu’on appelle un “angle”. Les scénarios des combats, des rivalités entre différents sportifs et cela pour attirer l’attention d’un public. Derrière toutes ces histoires, il y a ceux qu’on appelle les “bookers”. Ils déterminent à l’avance les résultats des combats. Le reste, c’est du travail, pour faire semblant, simuler à la perfection, quitte à parfois se couper vraiment avec une petite lame pour simuler une blessure et rendre le show encore plus spectaculaire, ce qu’on appelle un “blade job”. Mais tous ces termes techniques, on vous les explique dans notre lexique pour mieux comprendre le catch.

Si pendant longtemps, le monde du catch a fait croire à son public que tout était réel, aujourd’hui, cette époque est révolue. C’est en toute transparence qu’ils avouent que c’est du flan complet. Et pourtant, ce n’est pas pour autant que ça ne marche pas. La discipline joue sur ce qu’on appelle la “suspension consentie de l’incrédulité”, avec toutes ses scénarisations et introductions aux combats. C’est à dire que de la même manière que lorsque vous regardez un film ou une série, vous savez que tout est faux. Pourtant, cela ne vous empêche pas de mettre ce sentiment de côté le temps du spectacle et de vous persuader que tout est vrai.

Le catch est faux, mais le catch est un art

Attention toutefois, nous tenons à préciser que ce n'est pas parce que le catch est simulé qu’il faut complètement s’y désintéresser. Justement, c’est tout le contraire. Certes, il ne peut pas être considéré comme un sport, car la dimension de compétition en est absente. Mais les catcheurs sont bel et bien des sportifs. Il en faut une forme physique pour réaliser les figures, sans se blesser. Et il faut avoir les épaules solides pour résister aux faux coups. Car s’ils ne se blessent pas, il arrive que certaines prises ne se déroulent pas comme prévu. Et ça ne vient pas sans une sacrée dose de douleur.

Le catch, c’est donc plus qu’un sport. C’est un véritable art. Chorégraphie, forme physique, comédie, il faut développer un large éventail de compétences pour faire carrière dans le milieu. C’est un savoir-faire qu’il faut maîtriser pour arriver au sommet et pas simplement attendre qu’un scénariste décide que c’est notre heure de briller. Plus on arrive à un haut niveau, plus les catcheurs sont capables d’improviser des prises, tout en respectant la trame du combat, donc c’est chiqué, mais pas forcément en entier !

Alors au final, le catch c’est du flan ? Oui, mais pas n’importe quel flan. C’est un véritable spectacle qui requiert des aptitudes bien particulières. C’est ajouter une dimension performative à un sport. À chaque combat, se produisent des événements surréalistes et complètement délirants. Et c’est ce qui fait la force de cette discipline. Garder son public constamment diverti, sans une seule seconde d’ennui.

Clément Capot
https://twitter.com/Clepotp Par Clément Capot Rédacteur